Belgique

Après quelques jours de réflexion, la mère de Mohamed Abrini, Moumina, a décidé de lancer un appel, jeudi.

Quel message voulez-vous lancer à votre fils Mohamed ?

"Je veux dire qu’il n’est pas dangereux ni armé comme on le dit. Je dis à mon fils qu’il peut venir se rendre à la maison. Combien de temps va-t-il se cacher ? Depuis tout cela, je ne mange plus, je ne dors plus. Le vendredi soir, à 20h30, je l’ai déposé à son snack de la rue Ransfort et depuis, on ne l’a plus vu. On a la preuve qu’il était à Bruxelles ce soir-là."

À partir de quand vous êtes-vous inquiétée ?

"Le lendemain. Mais jamais je n’aurais pensé qu’il y avait un rapport avec les attentats. Il n’est pas radicalisé. Il est gentil, serviable, s’habille normalement."

Quels étaient ses rapports avec Salah Abdeslam ?

"Des voisins, un copain depuis l’adolescence. Tout le monde se connaît dans le quartier."

Découvrez la suite de cet article dans notre "Edition abonnés" (à partir de 4,83 euros par mois).