La Belgique s'apprête à resserrer la vis, ce vendredi 16 octobre, dans le cadre de sa lutte contre le Covid-19. S'il est déjà acté que des mesures plus strictes seront adoptées, le comité de concertation doit encore se mettre d'accord sur la forme de ces nouvelles règles et les présenter aux Belges dans le courant de la journée. Mais, pour la ministre wallonne de la Santé, il n'y a aucun doute sur ce qui se passera dans les jours à venir. "Ce sera un reconfinement, on va limiter le plus possible les liens sociaux pour préserver l'éducation de nos enfants et l'accès aux soins de santé", a affirmé Christie Morreale (PS) sur les ondes de La Première. 

La ministre a ainsi estimé que la situation, qui était "très inquiétante avec un nombre vertigineux de contaminations", nécessitait de faire des choix compliqués. Mais les chiffres à la hausse ne sont pas dus à un manque de réactivité des autorités, selon Christie Morreale. "La situation nous surprend à chaque fois. On a vécu un pic épidémique très fort au début, on a stabilisé la situation pendant l'été, a-t-elle détaillé. A la rentrée, on a eu un retour au travail, avec une réouverture des écoles et universités. Tous ces liens sociaux mixés ensemble nous amènent à ce que les scientifiques appellent le pic automnal." 

Pour ce qui est des maisons de repos, la ministre de la Santé wallonne ne s'est pas montrée favorable à un reconfinement total de ces établissements. "Ce que je vais défendre, c'est le maintien du lien social dans les maisons de repos avec des visites autorisées à au moins une personne, les résidents en ont besoin. On sait que s'ils sont protégés et qu'ils respectent scrupuleusement les règles d'hygiène, c'est possible de maintenir du lien", a-t-elle conclu.