La N-VA a, par la voix de son député fédéral Theo Francken, souligné qu'il ne s'agissait que d'une "intention", alors que le Vlaams Belang a fait valoir que le Premier ministre Alexander De Croo s'était laissé prendre en otage par des conditions liées au climat imposées par les écologistes d'Ecolo et de Groen.

Les principaux ministres du gouvernement fédéral, réunis samedi en conseil ministériel restreint ("kern"), ont trouvé un accord sur une intention belge visant à consacrer 2% du PIB à la Défense d'ici 2035, alors que l'Otan réclame de ses États membres qu'ils tendent vers ce pourcentage d'ici 2024. Mais des conditions ont été posées, notamment par les deux partis écologistes de la coalition Vivaldi.

M. Francken, qui siège au nom de la N-VA au sein de la commission de la défense de la Chambre, a souligné dimanche qu'il ne s'agissait que d'une "intention", sans trajectoire budgétaire précise.

Le seul mérite de cet accord est que le Premier ministre pourra se rendre fin juin au sommet de l'Otan à Madrid avec "une intention", a ajouté le député nationaliste, en s'interrogeant sur l'accueil que les alliés réserveront à la Belgique.

"Aucun euro supplémentaire n'ira à la Défense au cours de cette législature (qui doit se terminer en 2024)", a ajouté M. Francken en rappelant le précédent accord intervenu au sein de la Vivaldi et qui prévoit une trajectoire de croissance pour atteindre 1,54% du PIB en 2030. "Pas de troisième frégate, pas de (chasseurs) F-35 supplémentaires, pas de nouveaux investissements pour la Force terrestre", a-t-il déploré.

La députée Vlaams Belang Annick Ponthier a pour sa part souligné que le Premier ministre s'était laissé prendre en otage par des conditions liées au climat imposées par Ecolo et de Groen et par la promesse d'une hausse du budget de la Coopération au développement.