Verglas, routes glissantes, neige, vent...: les conditions hivernales de ce lundi matin ont rendu les déplacements compliqués dans tout le pays.

Jusqu'à 200 kilomètres de ralentissement en Flandre

Les conditions hivernales ont entraîné de nombreux embarras de circulation lors de l'heure de pointe sur les routes du nord du pays lundi matin. Vers 8h00, 200 kilomètres de ralentissement ont été constatés sur les autoroutes flamandes. "C'est beaucoup en ces temps de crise sanitaire", a indiqué le porte-parole du centre flamand du trafic (Vlaams Verkeerscentrum), Peter Bruyninckx. Il n'y a pratiquement pas eu d'accidents, a-t-il toutefois précisé. "C'était une heure de pointe difficile en raison des conditions hivernales", selon M. Bruyninckx. "En Flandre, il n'y avait pas tant d'embouteillages, mais il y avait des ralentissements à cause des chutes de neige et des routes glissantes".

Le porte-parole du centre flamand du trafic explique que les conducteurs se sont bien adaptés aux conditions hivernales et que presque aucun accident n'a été constaté.

Le trafic est plus fluide depuis la fin de l'heure de pointe. Les autoroutes du nord du pays sont praticables, mais M. Bruyninckx appelle les conducteurs à la plus grande vigilance.

La Wallonie relativement épargnée

Le trafic sur les routes wallonnes est fluide et aucun embarras majeur n'a été constaté lundi matin, a fait savoir le porte-parole du SPW Mobilité et Infrastructures, François Franquinet. "Les provinces du sud du pays ont été moins touchées par les chutes de neige que celles du nord, à l'exception du Brabant wallon et du Hainaut", a-t-il indiqué. "Nous connaissons un épisode de froid exceptionnel, mais les chutes de neige ne sont pas très importantes en Wallonie. Le risque sur les routes sera plutôt le verglas", selon M. Franquinet. "La situation nécessite la plus grande prudence."

L'ensemble des districts du réseau sont mobilisés et évaluent la situation quotidiennement. Plus de 40.000 tonnes de sel sont disponibles.

Le plan hiver sur les routes wallonnes a été activé depuis le 15 novembre dernier et le sera jusqu'au 15 avril.

Les transports publics également impactés

Le TEC a annoncé qu'une partie de son réseau était perturbé ce lundi matin en raison des conditions climatiques, a fait savoir la société de transport en commun wallonne. Plusieurs lignes ont notamment été supprimées. A la Stib, les perturbations sont "assez limitées", tandis qu'il n'y a pas de gros soucis sur le rail, hormis quelques retards possibles. Sur le réseau du TEC, plusieurs lignes ont été supprimées dans le Hainaut. Ailleurs, un grand nombre de lignes ont été adaptées.

La Stib a quant à elle annoncé qu'"il y a eu un souci avec 8 lignes de bus tôt ce matin en raison des dernières chutes de neige mais tout est rétabli", confirmait lundi matin avant 08h00 une porte-parole. Seul un bus de la ligne 60 - à hauteur de l'Observatoire - et un aiguillage - sur la ligne de tram 3 à hauteur du Quai des usines - provoquaient quelques perturbations. La porte-parole de la société de transport en commun bruxelloise a confirmé que les perturbations étaient "assez limitées" de manière générale.

Sur le rail, "il n'y a pas vraiment de problèmes majeurs pour l'instant. Toutes les lignes sont opérationnelles. Les trains circulent partout, mais ils peuvent être retardés", a précisé le porte-parole Bart Crols.

Le gestionnaire du réseau ferroviaire Infrabel a, par ailleurs, activé son plan hivernal. Cela signifie que des dizaines d'équipes d'intervention mobiles sont en attente. Des inspections préventives ont déjà été effectuées au cours des derniers mois, et des stocks suffisants de sable, de sel et de produits antigel ont été stockés.

Au nord du pays, la société de transport public flamande De Lijn signale de "légères perturbations" dues au temps hivernal. "Il y a un léger retard", a-t-elle précisé. "Mais toutes les lignes sont en service".

Touring enregistre un grand nombre de dépannages en Flandre et à Bruxelles

La centrale de Touring prévoit d'atteindre en fin de journée les 4.000 appels, soit le double qu'un lundi normal. Le plus grand nombre d'interventions ont lieu à Bruxelles et en Flandre, selon son porte-parole, Lorenzo Stefani. "Nous avons enregistré une augmentation de 100% des appels à cause du gel", a-t-il indiqué. Si les batteries sont la cause de panne la plus fréquente, Touring constate aussi plus d'appels pour des immobilisations dues à une perte de contrôle du véhicule.

"Avec une voiture mal équipée, même à des vitesses modérées, voire lentes, il est possible de ne plus savoir contrôler son véhicule et d'endommager la carrosserie contre un arbre, un obstacle ou encore une autre voiture. Même si les dégâts peuvent être limités, les risques d'avoir une ou plusieurs des roues bloquées par une tôle ou un pare-choc cassé sont élevés. Impossible donc de redémarrer et un remorquage s'impose", selon Touring.

Touring rappelle donc qu'en ces conditions hivernales il ne faut pas prendre la route avec un véhicule mal équipé. "Si vous n'avez pas de pneus hiver évitez de prendre la route et utilisez les transports en communs. Si vous devez absolument prendre la route, alors restez le plus possible sur les grands axes. Evitez de rouler sur les réseaux secondaires ou les petites routes qui, le matin, ne sont pas les premières à être dégagées par les services d'épandages. Non seulement vous risquez d'être bloqué, mais vous allez également bloquer la circulation pour les services routiers ou les transports en commun. De plus, si vous obstruez la route à cause d'un accident, vous allez ralentir les services d'intervention. Ce qui pourrait aggraver la situation", avertit l'organisation.

Retard moyen d'une demi-heure à l'aéroport de Bruxelles

Les avions au départ de Brussels Airport sont retardés en moyenne d'une demi-heure en raison des conditions climatiques hivernales, a expliqué lundi matin la porte-parole de l'aéroport Ihsane Chioua Lekhli. Les pistes de l'aéroport sont opérationnelles. "Elles sont restées ouvertes, même pendant les chutes de neige de lundi matin", a précisé Mme Chioua Lekhli.

Les retards sont en partie dus au dégivrage des avions avant qu'ils ne puissent décoller. Les opérations sur le tarmac ont également tendance à être moins faciles en raison du froid.

La porte-parole de l'aéroport souligne qu'il y a aussi parfois des retards à l'enregistrement en raison du grand nombre de documents à vérifier: résultats de tests, déclarations sur l'honneur, etc.