Depuis la levée de la plupart des mesures restrictives liées à la pandémie, la fréquentation des trams, bus et métros est repartie à la hausse. A la mi-mars, elle était à 80% de la fréquentation de référence en semaine. Sur le plan financier, la pandémie a créé un manque à gagner de 102 millions d'euros en 2020, à cause d'une baisse des rentrées (-98 millions d'euros) et de dépenses additionnelles (nettoyage, matériel de protection, etc.). L'impact était de 106 millions d'euros l'année suivante (92 millions de rentrées en moins, et coûts additionnels). Des coûts en personnel et en énergie ont été évités, mais dont le montant était inférieur aux coûts additionnels entrainés par la pandémie.

La fréquentation des rames et véhicules a déjà partiellement repris en 2021, une hausse progressive qui se poursuit en 2022.