Par exemple, la police ne doit plus recourir aux menottes en plastique, rapporte De Standaard mardi. Lors de manifestations au cours desquelles la police procède à beaucoup d'arrestations administratives, les agents utilisent des menottes en plastique de type colson pour lier les mains des manifestants.

Le Comité P a reçu de nombreuses plaintes à ce sujet après des manifestations, dont une en particulier sur le climat, organisée par le mouvement Extinction Rebellion fin 2019, et une autre portée par le mouvement Black Lives Matter en 2020. Le Comité P a formulé plusieurs recommandations.

"Les individus sont vraiment gênés par ces menottes en plastique", a souligné la présidente du Comité P, Kathleen Stinckens. "Les forces de police doivent chercher une alternative".

"Sur base des plaintes, nous avons aussi l'impression qu'il y a un recours plus fréquent et plus rapide aux sprays collectifs (gaz lacrymogènes, NDLR) qu'auparavant. (...) C'est pourquoi des directives claires sont nécessaires pour l'utilisation du gaz lacrymogène et les forces de l'ordre doivent être bien aiguillées. La personne responsable doit également veiller à ce que toute personne exposée à un tel jet puisse être décontaminée", recommande encore le Comité P.