Belgique

La ponctualité des trais est repassée sous la barre des 90% en février, avec 89% des trains à l'heure pour 90,9% en février 2016, indiquent mercredi la SNCB et Infrabel. 

Le pourcentage de trains supprimés est stable, à 1,3%. Parmi les éléments qui ont causé des retards, le déraillement d'un train de voyageurs le 18 février sur la ligne 36 près de Louvain est cité en premier, avec 13.617 minutes de retard.

L'heure de pointe matinale s'est, elle, légèrement améliorée, le taux de ponctualité des trains passant de 86,9% en février 2016 à 88,9% en février 2017. Un train est considéré comme ponctuel s'il arrive à l'heure ou avec un retard de moins de six minutes.

Les grandes lignes du pays connaissent toutes un taux de ponctualité inférieur à 90%. Bruxelles-Midi-Luxembourg subit le plus de difficultés, avec un taux de 78,5%, suivi de Mons-Liège Palais (82,9%) et Bruxelles-Midi-Amsterdam (83,8%).

Sur les lignes desservant la capitale, Bruxelles-Ostende (ligne 50a, 86%) et Bruxelles-Courtrai (86,4%) sont les plus problématiques, tandis que Bruxelles-Termonde (94,4%) et Bruxelles-Charleroi (93,9%) tirent leur épingle du jeu.

Le pourcentage de trains supprimés est stable à 1,3%, soit 1.325 trains.

La responsabilité des trains en retard est attribuée pour 30,3% à Infrabel, 29,7% à des tiers et 20,6% à la SNCB. Pour les trains supprimés, la responsabilité incombe d'abord à des tiers (32,5%), suivis de la SNCB (24,8%) et d'Infrabel (17,8%).