Belgique

Ecolo s'est insurgé lundi contre le projet d'échange de policiers belges et marocains élaboré par le ministre de l'Intérieur, Jan Jambon, afin de lutter contre la radicalisation dans certains quartiers. 

Il y voit la stigmatisation de certaines populations et un aveu d'impuissance du gouvernement belge. Dans le cadre de ce programme d'échange, les policiers marocains seraient engagés dans des quartiers de Bruxelles et d'Anvers. Le ministre de l'Intérieur espère que les policiers belges pourront bénéficier de l'expérience et de l'approche qu'ont leurs collègues du royaume chérifien dans la lutte contre le radicalisme.

"C'est un aveu d'impuissance et d'incompétence ! La Belgique sous-traite une compétence régalienne et va chercher une police étrangère pour l'envoyer dans certains quartiers. Quelle stigmatisation ! Quel signal donne-t-on à ces quartiers où vivent des Belges issus de l'immigration depuis deux voire trois générations ? Et quel signal donne-t-on à notre police? ", s'est indignée la co-présidente des Verts francophones, Zakia Khattabi.

"A Bruxelles, nous demandons depuis des années que des policiers bruxellois patrouillent dans certains quartiers parce qu'ils en connaissent la réalité, mieux que des policiers qui viennent de Flandre ou de Wallonie. Et on nous annonce maintenant l'envoi de policiers du Maroc! "

Ecolo réclame des éclaircissements au ministre de l'Intérieur sur l'accord passé avec les autorités marocaines, notamment sur le point de savoir à qui ces policiers étrangers devront rendre compte.