Fermetures des salles de cinéma, de théâtre, interdiction des évènements intérieurs, shopping limité à deux personnes… Des mesures ont été prises afin de tenter d'endiguer la propagation du virus et de faire notamment face à la menace potentielle du variant Omicron.

Cependant, ces nouvelles restrictions interviennent alors que les indicateurs de l'épidémie vont dans la bonne direction. En effet, contaminations, hospitalisations et décès sont à la baisse. Certaines mesures sont dès lors mal perçues, surtout en cette période de fêtes de fin d'année.

La Libre  met l'accent sur le choc pour la culture , qui "paye le prix fort": "La population n’a-t-elle pas, précisément, besoin d’évasion, de rêves, de loisirs ?", s'interroge notre éditorialiste. Il reconnaît cependant que de nouvelles précautions étaient "indispensables" afin de garder la maîtrise sur la propagation du variant Omicron au sein de la population: "La prudence a guidé les autorités"

Le Soir vante de son côté les décisions "préventives" du gouvernement qui ont le mérite de prendre au sérieux le mutant Omicron. Le quotidien compare d'ailleurs notre situation à celle de certains de nos voisins pour qui le tour de vis a été plus rigoureux encore: "Cela était inévitable et ça aurait pu être pire", argumente-t-on. Cependant, on regrette que ces restrictions frappent (encore) un secteur de la culture déjà mis à mal: "Un choix injuste et illogique. Il faudra un jour que ce soit dit et assumé par les décideurs", assène Le Soir pour qui des mesures concernant notamment l'Horeca auraient été bien plus compréhensibles.

De son côté, la DH estime qu'il s'agit à nouveau là d'un "compromis à la belge" décidé par nos dirigeants: "Ils éloignent ainsi le spectre du 'Ils n'ont rien fait quand il était temps' si la situation s’envenime".

Enfin, pour Het Laaste Nieuws , la sphère privée était intouchable. Pour "sauver Noël", il était dès lors essentiel de changer de cible. Cependant les mesures décidées pour la culture sont "tout aussi difficiles à digérer que la bûche de Noël". Le quotidien flamand dresse ainsi un triste constat : l'année 2021 se termine comme elle l'avait commencé. "Le rideau est retombé" pour le secteur culturel.