La conférence, qui se penchait sur les ODD comme "outil de transition vers des organisations responsables", était la troisième d'un cycle d'échanges entamé à Anvers et qui s'était poursuivi à Solvay.

Durant une heure et demie, la Reine a assisté aux réalisations des étudiants sur la thématique et écouté les questions qu'ils ont adressées à un panel composé de la ministre wallonne de l'Environnement Céline Tellier, du président de l'Union wallonne des entreprises Pierre Mottet et de la prorectrice de l'UCLouvain en charge de la transition Marthe Nyssens.

Auparavant, la reine Mathilde avait, dans son discours, rendu hommage aux étudiants "qui ont dû surmonter de nombreux obstacles" lors de la dernière année académique.

Si la souveraine a relevé que "certaines modifications des comportements" ainsi que de "nouvelles techniques de production traduisent un souci de s'adapter aux exigences de la durabilité", elle estime que c'est encore insuffisant.

"Nous ne pouvons nous contenter de ces avancées trop faibles, trop lentes et trop dispa