Alors que le Comité de concertation de ce mardi devrait décider de nouveaux assouplissements, les experts sont revenus sur la situation sanitaire. Si le nombre de patients en soins intensifs a légèrement augmenté, les autres indicateurs poursuivent leur baisse, d'après les chiffres de Sciensano de ce jour.

"Bonne nouvelle, les chiffres des hospitalisations évoluent favorablement", a commencé Yves Van Laethem. "Mais, petit bémol, pas de beaucoup : il y a une diminution de 4% des nouveaux cas de Covid-19 sur base hebdomadaire."

Les nouvelles contaminations sont stables avec 2936 nouveaux cas par jour cette semaine, et cela devrait rester au même niveau dans les jours qui viennent. Il y a plus de cas chez les enfants mais "on teste plus les enfants depuis le retour à l'école", a justifié le porte-parole interfédéral.


Le testing a augmenté de 8% et le pourcentage de tests positifs a diminué : il est passé de 10% à 6%. "Mais de manière idéale, il faudrait être en dessous des 4% pour être dans la zone verte", a précisé Yves Van Laethem. Les hospitalisations et les décès diminuent également, un impact de la campagne de vaccination, a assuré l'expert.

Les infections sont en baisse dans toutes les strates d'âge, sauf chez les enfants et chez les quadragénaires et cela dans la plupart des provinces, sauf dans celles d'Anvers et de Liège où les contaminations sont en hausse. Le taux d'incidence est le plus important dans la province de Namur, suivie du Limbourg et du Hainaut.

Du côté des hospitalisations, les chiffres sont en baisse dans toutes les régions. En moyenne, il y a 160 nouvelles admissions par jour, soit 17% de moins que la semaine précédente. 2555 patients Covid sont actuellement hospitalisés en Belgique, dont 711 en soins intensifs. Une diminution de 18% et de 14% par rapport à la semaine précédente, s'est ravi Yves Van Laethem. "Si cette évolution se prolonge, on devrait pouvoir obtenir à la fin mai une occupation qui soit autour ou un peu en dessous des 500 lits de soins intensifs."

Au niveau des décès, 35 morts sont à déplorer par jour, a poursuivi le virologue. Mais c'est une diminution de 9% par rapport à la semaine précédente.

Point sur la campagne de vaccination

"La fin de la vaccination des plus de 65 ans est en vue, voire même terminée", a commenté Sabine Stordeur, en présentant les taux de vaccination par tranches d'âge et régions. "Nous tenons à remercier les personnes âgées pour leur confiance dans tous les vaccins Covid-19. Vous êtes la génération du rock and roll et du flower power et, en effet, you really rock", a déclaré la co-responsable de la Task force vaccination.

© Capture d'écran Sciensano

Elle a aussi rappelé que 35% des personnes présentant des comorbidités ont reçu une première dose sur le million et demi de Belges dans ce cas. Les femmes enceintes sont également prioritaires à la vaccination et sont appelées à contacter leur médecin pour cela.


L'experte a également invité la population à s'inscrire sur les plateformes de réserve qvax.be et bruvax.be (pour Bruxelles), afin de bénéficier du vaccin plus rapidement. "Plus de 67.000 personnes ont pu profiter de ce système", a-t-elle annoncé.

"Cette semaine, 548.000 vaccins seront livrés, un nouveau record", s'est enfin réjouie Sabine Stordeur.

Faut-il s'inquiéter du variant indien ?

"Il est clair qu'on le retrouve dans plus en plus de pays différents, pas seulement en Belgique", a commenté Yves Van Laethem, alors que cinq cas ont été détectés dans notre pays. "Il a été ajouté à la catégorie des variants préoccupants par l'OMS, tout comme les variants anglais, brésilien et sud-africain."


"Son taux de transmission est du même ordre ou peut être un peu plus élevé que celui du variant anglais", a précisé le virologue. "On n'a pas d'indication sur le fait qu'il soit plus virulent. Les premières données que nous avons montrent que le vaccin a une activité sur ce variant", a rassuré le porte-parole interfédéral.

"La place qu'il va occuper en Belgique dépend de la place qu'on va lui laisser et de la circulation du virus. Une circulation qui peut être contrée par la vaccination et les mesures barrières. Nous attendons tous le déconfinement avec impatience, mais opérons-le de manière prudente pour ne pas laisser de place aux variants", a averti Yves Van Laethem.