Depuis plusieurs jours, les nombres moyens d'infections et d'hospitalisations continuent leur recul. Les contaminations au coronavirus sont passées à 9.487 par jour entre le 30 octobre et le 5 novembre. Le nombre d'admissions à l'hôpital s’établit désormais à 597 par jour en moyenne.

La barre des 13.000 morts a également été franchie, avec 13.055 décès attribués au Covid-19 enregistrés. En moyenne, 179 personnes sont décédées chaque jour à cause d'une infection au coronavirus, en hausse de 55% par rapport à la semaine précédente.

"C'est une bonne nouvelle: les contaminations et les hospitalisations continuent de diminuer", entame le porte-parole interfédérale Yves Van Laethem. "On peut s'attendre à ce que les soins intensifs plafonnent également au cours de cette semaine et restent sous les 1500 patients, ce qui est en dessous de la capacité maximum prévue."

Le virologue pointe une rapide diminution du nombre de cas après le pic du 27 octobre dernier: "C'est un point très positif mais il faudra encore attendre avant de se retrouver dans des eaux plus calmes."

Deux tiers des infections touchent les 20-60 ans, comme l'illustre le graphique ci-dessous:

© D.R.

"Pour la première fois, nous avons une diminution des cas chez les plus de 70 ans", souligne l'infectiologue.

Des diminutions spectaculaires dans certaines provinces

La baisse des cas s'observe sur tout le territoire, mais certaines régions se démarquent. "Les provinces de Liège, Bruxelles et des deux Brabants connaissent des diminutions spectaculaires", se réjouit l'expert. "En chiffres absolus, la province du Hainaut reste la plus touchée avec 1945 nouvelles infections par jour en moyenne."

© D.R.

Le pic des hospitalisations passé

"Sous réserve d'une mauvaise surprise, le pic des hospitalisations semble avoir été atteint le mardi 3 novembre dernier, une semaine après le pic des contaminations", explique Yves Van Laethem. "Le 3 novembre, nous avions eu 879 patients hospitalisés. Hier, nous en avons eu 400."

© D.R.

Au niveau des lits occupés en soins intensifs, l'expert voit également une tendance à l'amélioration: "La courbe tend à s'arrondir. On peut espérer une éclaircie d'ici le milieu ou la fin de la semaine."

"Il y a cependant encore 1469 patients en soins intensifs, ce qui sature certaines régions du pays avec parfois 75 à 100% d'occupation dans plusieurs provinces", précise-t-il.


© D.R.

Les décès toujours en hausse

A côté de ces données plutôt réjouissantes, les décès continuent leur hausse: "On a eu en moyenne 179 décès par jour. Il s'agit d'une augmentation de 55% par rapport à la semaine précédente."

© D.R.

Distinction entre quarantaine et isolement

Durant la conférence les experts ont tenu à distinguer la quarantaine de l'isolement:

"La quarantaine c'est, par définition, pour quelqu'un qui n'est pas malade mais qui a eu un contact à haut risque avec quelqu'un qui l'était. Cette personne va donc se retirer partiellement du monde pendant 10 jours", précise Yves Van Laethem. "L'isolement est de 7 jours et il est d'application pour les personnes qui sont malades ou asymptomatiques positifs", poursuit-il.


L'infectiologue du CHU Saint-Pierre confirme donc qu'il est nécessaire d'avoir eu un contact rapproché pendant au moins 15 minutes, sans masque, pour qu'il puisse être qualifié d'à haut risque: "Dans ce cas, le risque d'avoir attrapé le coronavirus est significatif. Il est de 15 à 30%. Une personne sur 3 ou une personne sur 6 va contracter le Covid-19."

Concernant l'isolement, Yves Van Laethem ajoute que la durée de 7 jours n'est que théorique: "Une partie des personnes ne sortiront pas de leur isolement après 7 jours mais uniquement en fonction de l'amélioration de leur état de santé. Il faut au moins 3 jours durant lesquels vous n'avez pas eu de fièvre et une amélioration des symptômes si vous en aviez."

Par conséquent, au sein de la cellule familiale, si l'un des membres est en isolement, les autres membres devront se mettre en quarantaine durant 10 jours à la fin des 7 jours de la personne concernée.
 

 

Les asymptomatiques seront à nouveau testés

Le porte-parole interfédéral a confirmé que les personnes asymptomatiques allaient à nouveau être testées lors de la deuxième moitié du mois de novembre: "La nouvelle plate-forme qui doit aider les laboratoires cliniques devrait être totalement opérationnelle et permettra d'effectuer potentiellement 100.000 tests par jour. C'est essentiel pour la suite, quand les cas auront diminué, pour tester les individus et isoler ceux positifs afin d'endiguer la propagation du coronavirus dans la société."