Belgique

C'est la dernière vague de recrutement pour le HR Rail et la SNCB. Et dans le cadre de la semaine de la Mobilité, un speed dating est organisé à la gare du Nord toute cette semaine.

En six minutes top chrono, la SNCB et HR Rail souhaitent attirer de nouvelles recrues. Et pour en savoir plus sur les différents métiers du rail, c'est à la Gare du Nord qu'il faut se rendre toute cette semaine à Bruxelles où deux wagons réaménagés attendent de potentiels navetteurs intéressés.

"Nous avons déjà reçu une centaine de réservations pour cet événement. Toutefois, s'inscrire n'est pas obligatoire. Toutes les personnes qui passent par ici peuvent se présenter Les jobs visés sont les conducteurs de train, les accompagnateurs, mais aussi des commerciaux, ingénieurs, techniciens et architectes par exemple. C'est la première année que l'on travaille comme ça", explique Barbara Kielbaey, porte-parole d'HR Rail.

La semaine de la mobilité est donc pour HR Rail et la SNCB l'occasion de lancer sa dernière vague de recrutement de l'année. Lors de ce speed dating (littéralement "rencontres rapides") organisé chaque jour jusqu'à ce samedi 21 septembre (tous les jours entre 07h30 et 18h), HR Rail invite à venir découvrir les métiers et les formules de recrutement en 6 minutes chrono, soit deux minutes avec un/une porte-parole, deux minutes avec un/une ambassadeur, et deux minutes avec un/une recruteur/teuse. Et parfois plus si affinités...

"On invite vraiment toutes les personnes intéressées à venir échanger avec notre personnel. On est ici dans la gare, tous les voyageurs passent et nous voient. Ils peuvent donc parler directement avec des membres du personnel. On veut aller vers nos voyageurs, qui peuvent être de potentiels travailleurs. C'est une méthode de recrutement dynamique qui nous permet d'être au plus près de nos usagers, la volonté est de les amener directement sur leur lieu de travail", poursuit-elle.

Et sur les 1750 jobs à pourvoir en 2019 au sein de la société ferroviaire, 1350 ont déjà trouvé preneurs, "il reste donc encore des postes à pourvoir dans tous les secteurs mais nous sommes très satisfaits de notre recrutement, nous avons rempli trois quart de nos besoins", indique Barbara Kielbaey. Sur place, les ambassadeurs de la SNCB, qu'ils soient conducteurs de train, accompagnateur ou architecte, répondent donc aux questions des candidats, puis les recruteurs les aident à postuler en ligne.

1900 euros pour un conducteur de train qui débute

Parmi les postes les plus recherchés, conducteurs et accompagnateurs arrivent en tête de liste.

Pour devenir conducteur ou accompagnateur, il faut d’abord passer par plusieurs mois de formation avant d’entrer en fonction. “C’est une année complète pour les conducteurs (en étant rémunéré à-côté) pour un salaire de 1900 euros net en débutant, ce qui est très intéressant, et quatre mois de formation pour les accompagnateurs contre une rémunération de 1650 euros. Pour postuler, il suffit de posséder un diplôme du secondaire. Au niveau des langues, il est nécessaire de parler français et néerlandais, mais si ce n’est pas le cas, il existe également des collaborations avec Forem, Actiris ou VDAB pour des formations en langue. De plus, il y a de nombreuses perspectives de carrière”, détaille Barbara Kielbaey, porte-parole d’HR Rail.

Accompagnateur de train depuis maintenant deux ans, Maxime ne regrette absolument pas son choix. “Avant, j’étais dans l’horeca, et si j’avais su j’aurais postulé plus tôt à la SNCB. On bouge tout le temps, il n’y a pas que le train qui avance, c’est très dynamique. Et cela ne s’arrête pas à contrôler les billets des gens. On doit avant tout assurer sa sécurité et celles des autres, faire en sorte que tout se passe bien, il ne faut pas avoir peur des responsabilités dans ce métier. C’est nécessaire d’être alerte. La principale difficulté est peut-être de savoir s’adapter à toutes les situations auxquelles on peut faire face, comme des clients parfois énervés ou agressifs, des retards, etc”, témoigne-t-il.