La firme Johnson & Johnson annonce mardi "retarder le déploiement" de son vaccin contre le coronavirus en Europe après la pause préconisée par les autorités sanitaires américaines. Celles-ci ont recommandé une pause dans l'administration du sérum afin d'enquêter sur l'apparition de cas graves de caillots sanguins chez plusieurs personnes aux États-Unis.

"Aucune nouvelle livraison du vaccin de Johnson & Johnson n'était attendue au cours des deux prochaines semaines", a indiqué Mme Briat, soulignant qu'"à moins que l'ensemble de la vaccination avec le vaccin de Johnson & Johnson ne soit suspendu ou que la décision des autorités sanitaires ne se fasse attendre pendant plusieurs semaines, il y a de fortes chances pour que nous ne remarquions pas ce retard".

Ce qu'a confirmé Sabine Stordeur, autre membre de la task force vaccination contactée par nos soins: "Il n'y a aucune vaccination avec Johnson & Johnson qui était prévue aujourd'hui, demain, ni même jeudi probablement. Même si l'Agence européenne du médicament (EMA) devait prendre une décision plus tard que demain, l'impact serait de toute façon minime car nous avons assez de doses d'autres vaccins pour poursuivre la campagne comme prévu". "Les vaccins de Johnson et Johnson livrés hier sont en voie d'être distribués vers les centres de vaccination. Ils sont donc, comme les autres vaccins, stockés dans des congélateurs en attendant d'être injectés", a-t-elle explicité, ajoutant qu'ils ne resteront pas "au congélateur sans fin" et qu'il n'était pas opportun de parler, maintenant, de suspension de la vaccination avec Johnson & Johnson, étant donné qu'elle n'avait pas encore commencé chez nous. "Étant donné la décision des autorités sanitaires américaines de faire une pause dans la vaccin avec J&J, nous allons attendre le signal de l'EMA pour savoir si nous vaccinons comme nous l'avons prévu, c'est-à-dire à la fin de cette semaine ou au début de la semaine prochaine, ou bien, voir si nous suspendons ou si nous vaccinons mais moyennant des conditions restrictives comme on le fait pour AstraZeneca", a résumé Sabine Stordeur. 

Le report des livraisons fait suite à la décision des autorités sanitaires américaines de suspendre l'administration du sérum afin d'enquêter sur six cas graves de caillots sanguins aux États-Unis. La durée de la suspension des livraisons du vaccin en Europe n'est pas encore connue pour le moment.

Les 36.000 premiers vaccins de Johnson & Johnson ont été livrés à la Belgique lundi. Durant la semaine du 26 avril, 62.400 doses supplémentaires du vaccin de la firme américaine seront disponibles dans notre pays, avait fait savoir lundi Mme Briat. "Hormis ces livraisons déjà planifiées, nous n'avions pas encore reçu de chiffres de la part de Johnson & Johnson", ajoute-t-elle.

Les premières doses du vaccin doivent normalement être administrées la semaine prochaine. Cette vaccination programmée, malgré les nouvelles informations en provenance des États-Unis, se poursuit pour l'instant. "Nous surveillons de près la situation, et c'est également le cas au niveau européen", a déclaré Gudrun Briat.