Cette étude va objectiver "les conditions de faisabilité techniques, économiques et légales des différentes méthodes" d'abattage, dans le but d'"identifier concrètement" les opportunités de développement de l'abattage à la ferme en Wallonie, par espèce animale. Le but est aussi d'examiner dans quelle mesure l'abattage dans les abattoirs, qui sont en diminution en Wallonie, et à la ferme peuvent être complémentaires.

On n'a pas encore choisi qui réalisera concrètement cette étude de faisabilité: un appel à projets est lancé, auquel les universités et Hautes écoles peuvent répondre jusqu'au 9 octobre.

Selon la ministre Ecolo Céline Tellier, "l'abattage à la ferme (...) pourrait améliorer le bien-être des animaux dans leurs dernières heures de vie". Il faciliterait aussi "le circuit-court et la vente directe". Il faut cependant en "objectiver la faisabilité économique et opérationnelle", commente Willy Borsus (MR).