Belgique 40 % des Belges jettent l’éponge endéans l’année… et laissent leur matériel pourrir au grenier.

Hobbies et bonnes résolutions, même combat ! C’est, en substance, ce qu’on peut déduire de l’enquête menée par 2ememain et qui révèle que 4 Belges sur 10 se lassent de leur hobby avant 12 mois.

Parmi les raisons qui les poussent à abandonner, c’est une fois de plus le manque de temps qui arrive en tête (41 %), même si la perte d’envie est aussi un facteur justifiant l’abandon pour 37 % des sondés.

Et si le hobby passe aux oubliettes, c’est aussi le cas du matériel, qui prend alors la poussière au grenier chez 68 % des Belges. Selon 2ememain, il s’agit là clairement d’une occasion ratée. Et ce ne sont pas toujours des babioles qui sont ainsi remisées. VTT flambant neuf, machine à coudre dernier cri et autres objets coûteux méritent en effet une seconde vie.

Cet équipement a en effet coûté plus de 200 euros pour 39,3 % des Belges, et même plus de 600 euros pour 17 % d’entre eux. "C’est dommage. Très dommage", insiste Petra Baeck, porte-parole de 2ememain. "Car beaucoup d’argent dort ainsi au grenier. Un Belge sur trois seulement (34,3 %) a eu le réflexe de donner ou de vendre ses objets inutilisés. Ce qui est plutôt un bon réflexe car plus vous attendez pour revendre votre équipement, plus sa valeur diminue."

Quelque 38,1 % des personnes qui n’ont pas vendu leur matériel de loisirs sont convaincues qu’elles retrouveront la motivation et reprendront leur hobby. 10,3 % n’ont tout simplement pas pensé à revendre leur équipement et ils sont tout autant à ne pas avoir pris le temps de s’occuper de la revente.

Pour ceux qui désirent démarrer un nouveau hobby, cela peut aussi être une excellente occasion. Ils sont 26,3 % à déjà avoir eu le réflexe de la deuxième main, et 15 % au cours des deux dernières années. Les hommes (30,4 %) sont davantage partisans de l’équipement de deuxième main que les femmes (22,4 %).

"Pour 73,6 % des personnes ayant acheté leur matériel d’occasion, c’est le prix qui a été le facteur déterminant. L’écologie - donner une deuxième vie aux objets - est citée par un quart des répondants (24,9 %). Quelque 17 % invoquent la difficulté de trouver ce matériel à l’état neuf et 12,3 % ont fait ce choix ‘pour tester ce passe-temps’. Pourquoi acheter du nouveau matériel alors que vous pouvez le trouver en seconde main ? Si votre nouveau passe-temps ne vous convient pas, vous pourrez facilement revendre cet équipement - souvent au même prix - et faire ainsi le bonheur de quelqu’un d’autre", conclut Petra Baeck.