La situation s'améliore très progressivement ce dimanche matin sur tout le territoire après les intempéries et les inondations des derniers jours. Les recherches se poursuivent dans les zones touchées mais les opérations de sauvetage sont pratiquement terminées, communique dimanche le Centre de crise fédéral." Malheureusement, nous devons tenir compte du fait que le nombre de victimes va encore augmenter dans les heures et les jours à venir. Les différents services d’urgence poursuivent leurs recherches sur le terrain", indique-t-il également. Dans toute la Belgique, plus de 8.500 volontaires se sont déjà inscrits sur la plateforme de la Croix-Rouge, pour venir en aide aux sinistrés.

Un peu plus de 37.000 ménages sont toujours sans électricité, dans les provinces de Liège et du Brabant wallon. Les énormes ravages provoqués par les inondations se dévoilent petit à petit et les opérations de nettoyage ont commencé, avec l'aide de nombreux bénévoles.

En province de Liège, les opérations de pompage sont toujours en cours et plusieurs demandes d'expertise ont été lancées pour vérifier la stabilité des bâtiments. Au niveau de l'électricité, 245 cabines sont encore hors tension pour le moment, avec 17.150 ménages touchés. L'eau est, en revanche, à nouveau potable dans la totalité des communes.

Ce dimanche matin, seul le niveau de la Mehaigne inquiétait encore les autorités. Le cours d'eau et ses affluents dans les provinces de Namur et de Liège restaient en phase d'alerte.

Quatre jours après les inondations du 14 juillet, le bilan humain est de 23 corps retrouvés dans la vallée de la Vesdre, a indiqué dimanche Muriel Targnion, la bourgmestre de Verviers. Elle précise que quatre corps ont pu être formellement identifiés. Ce bilan devrait malheureusement encore s'alourdir puisqu'une cinquantaine de personnes sont encore portées disparues. Un 24e corps aurait d'ailleurs été retrouvé ce dimanche. Pour faciliter le travail des engins de chantier qui déblayent la ville, certaines rues sont temporairement fermées à la circulation.

La bourgmestre insiste cependant sur les évolutions positives. "Depuis ce samedi 11h00, l'eau de distribution est potable sur tout le territoire de la commune. L'électricité revient elle aussi progressivement mais le travail risque d'être encore long car tous les compteurs qui ont été immergés doivent être remplacés, avant que l'électricité ne puisse être rétablie dans la rue", poursuit Muriel Targnion.

Pour venir en aide aux sinistrés, des colis alimentaires sont distribués, le stade de Bielmont est accessible pour se doucher et la bibliothèque, par exemple, permet aux sinistrés de recharger leurs téléphones portables.

Les personnes qui doivent être relogées sont invitées à prendre contact avec la commune via sa page Facebook, les moyens de communication étant inaccessibles. La commune est actuellement à la recherche d'hydrocureuses afin de déboucher les égouts et permettre l'évacuation des eaux.

A Pepinster, les fouilles risquées ont repris ce matin pour tenter de retrouver des victimes dans les décombres. Un immeuble de la commune, fortement touchée par les intempéries, s'est effondré samedi soir. Les secours avaient tenté de mettre la main sur des rescapés, après avoir entendu des cris dans les gravats, sans succès.

Elio Di Rupo et Christie Morreale se sont rendus dimanche matin à Verviers et plus spécifiquement à Ensival. Le ministre-président wallon et la vice-présidente du gouvernement wallon y ont constaté l'ampleur des dégâts consécutifs aux inondations. "'Ce qui s'est produit dépasse l'entendement et, selon les experts météo, c'était totalement imprévisible", a indiqué Elio Di Rupo, qui tient à faire passer un message à la population. "La vague de solidarité née après cette catastrophe est extraordinaire. Mais aujourd'hui, nous demandons à la population de ne plus faire de dons de vêtements ou autres meubles. Ce dont les sinistrés ont besoin, c'est d'argent. Un compte a été ouvert par la ville à cet effet et nous demandons à tous ceux qui souhaitent aider et se rendre utiles, de faire un don sur ce compte", a exhorté le ministre-président.

Elio Di Rupo a insisté sur le caractère inouï de cette catastrophe: "sur 262 communes wallonnes, 240 ont été touchées, à des niveaux divers, par les inondations. Les dégâts vont se chiffrer en centaines de millions d'euros voire en milliards. Il va donc falloir de l'argent et beaucoup d'organisation", a-t-il prévenu.

Les inspections des lieux dans les zones les plus touchées de Liège ont continué durant la journée de dimanche. Le porte-parole de la zone de police a indiqué que les maisons d'Angleur et de Chênée avaient été inspectées. « La journée a permis à nos policiers, toujours accompagnés de leurs collègues bruxellois venus spontanément en renfort, de terminer les vérifications des habitations impactées par les inondations dans les quartiers d'Angleur et de Chênée. Le bilan définitif est de deux victimes, retrouvées toutes deux à Angleur vendredi dans l'après-midi et en début de soirée », a précisé le porte-parole.

Lundi dès 7h00, rue des Grands Prés, une première opération de déblaiement d'envergure aura lieu. Afin de permettre à la colonne de camions grappin et d'engins d'évacuer les encombrants, il est demandé aux citoyens de faire le maximum pour rendre les tas de déchets accessibles. Cette opération sera réalisée plusieurs fois dans tous les secteurs sinistrés.

Un barriérage sera également mis en place à l'entrée de la rue des Grands Prés à Chênée en provenance de la N61 : « L'accès sera impossible pour les véhicules de plus de 3m50 de haut puisque le passage sous le viaduc du quai Henri Borguet sera impossible. Il est dès lors conseillé aux camions d'envisager un autre itinéraire pour accomplir leur trajet ».

Un quatrième décès lié aux inondations confirmé sur la commune d'Esneux

Le bilan des victimes des inondations vécues par la province de Liège ne cesse de s'alourdir. Un corps a en effet été retrouvé sur la commune d'Esneux dimanche, a indiqué la bourgmestre Laura Iker. La malheureuse découverte s'est faite dimanche durant l'après-midi. Le nombre de décès liés aux intempéries sur la commune grimpe donc à quatre. Un premier corps sans vie a été signalé vendredi tandis que deux nouvelles victimes ont été confirmées le lendemain.

Laura Iker ajoute que la phase de dégagement de déchets, de nettoyage et de déblayage continue sur Esneux, localité touchée de plein fouet par ces inondations.

© BELGA

Dans le Brabant Wallon, la situation est plus proche de celle d'une pré-alerte de crue et le nettoyage se poursuit. D'après le Centre de crise, des cabines électriques sont toutefois encore inondées et ne sont pas accessibles aux équipes techniques. Selon Ores, 200 clients sont encore privés d'électricité ce dimanche, cela pourrait être rectifié dès ce soir si les équipes de techniciens ont finalement accès aux infrastructures.

La province de Luxembourg se situe actuellement dans une phase de rétablissement et de nettoyage dans les communes touchées, tandis que dans celle de Namur la Défense apporte son soutien pour les opérations de nettoyage en cours à Profondeville, Walcourt et Yvoir. Les lignes électriques sont remises en service dans de nombreuses communes et l'eau est à nouveau potable partout.

Dans le Limbourg, le niveau de la Meuse baisse fortement, avec le centre de Halen encore inondé. Le niveau de la Velpe diminue également alors que la Gette continue de monter. À Herk-de-Stad, la digue du Démer s'est rompue et cela représente un risque certain pour plusieurs villages, prévient le Centre de crise.

En Flandre, la situation de la province de Limbourg et du Brabant flamand n'est plus jugée comme critique, contrairement à samedi soir, relate Het Laatste Nieuws. Durant la nuit, l'eau de la Velp a commencé à se retirer du centre de la ville de Halen, dans le Limbourg, et seule la Gette continue de monter légèrement et sort de son lit en plusieurs endroits, a indiqué le bourgmestre de la localité, Erik Van Roelen.

Environ une centaine de maisons sont sous eaux à Halen près d'Hasselt dans le Limbourg en raison des niveaux d'eau de la Gete en de la Velpe, a confirmé le bourgmestre Erik van Roelen (CD&V) dimanche soir. Le nombre de domiciles touchées par la montée des eaux est plus bas qu'escompté grâce à des mesures qui ont été prises, dont une brèche dans une digue, sinon ce sont 300 demeures qui seraient concernées. D'autres digues ont aussi été relevées et renforcées mais l'eau reste très élevée et l'incertitude demeure si ces digues vont bien résister, selon M. Van Roelen qui reste donc prudent.

La protection civile, les pompiers et les zones de secours de l'est et du sud-ouest de la province, la défense et du personnel des services techniques de la commune de même que des volontaires travaillent avec acharnement pour faire face à la situation. "Nous essayons de garder l'eau hors des rues et donc nous pompons l'eau des rigoles", a encore expliqué le mayeur.

Lundi, à 9h00, le gouverneur de la province Jos Lantmeeters veillera à la coordination des travaux de déblaiement et de nettoyage. La réunion portera aussi sur l'état des infrastructures, dont des ponts, après le passage des masses d'eau des jours passés.

Bilan des jours précédents

Samedi à 15h30, trois corps sans vie avaient été découverts à Esneux et une victime était à déplorer à Hamoir. Le corps d’une jeune fille a également été découvert à Hampteau (Hotton). Il pourrait s’agir de la jeune fille de 15 ans emportée par les flots à Marcourt, quelques kilomètres en amont.

Les opérations de sauvetage sont pratiquement terminées en province de Liège, l’effort se concentrant principalement désormais sur le sauvetage des animaux et sur les opérations techniques. À Pepinster, les secours ont entendu des cris samedi dans la soirée, et l'espoir de retrouver des personnes en vie a repris. Malheureusement, comme le précisent nos confrères de Sudinfo, l'espérance est vite redescendue, car aucun habitant n'avait été retrouvé vers minuit, plus aucun signe de vie n'était audible.

© BELGA

Des problèmes de réseaux, ainsi que d’alimentation en eau, sont toujours signalés en province de Luxembourg.

La situation est assez semblable en province de Namur, tandis que Wavre et Tubize restent les points critiques du Brabant wallon. La situation se stabilise dans le Hainaut.

En Flandre, le niveau de la Meuse baisse lentement dans le Limbourg,.

Dons et solidarité

Par ailleurs, la Ville de Verviers a ouvert un numéro de compte (BE46 0910 1962 3836) pour les dons financiers destinés aux familles touchées par les inondations meurtrières. La commune assure par ailleurs que l’eau est à nouveau potable, excepté au pont de Renoupré en Pré-Javais, où un col-de-cygne a été installé pour que les citoyens privés d’eau puissent s’approvisionner.

Elle rappelle encore qu’il est formellement interdit de jeter les débris et détritus de toute sorte dans la Vesdre. Tous les déchets doivent être déposés sur le trottoir. Ils seront ramassés par les services communaux, précisent les autorités communales.

© BELGA

La commune de Chaudfontaine fait partie des régions les plus touchées par les pluies diluviennes et les inondations de ces derniers jours. L’usine Galler, dont le siège social et le matériel sont situés à Vaux-sous-Chèvremont, est également ravagée par l’eau. La situation restait critique samedi matin.

L’entreprise belge de chocolaterie et confiserie, qui produit 1.700 tonnes de chocolat par an, est un acteur majeur sur le marché belge. Les dégâts constatés sur place sont considérables : "l’eau se trouvait à l’intérieur des locaux et était montée entre 1m70 et 1m80, détruisant par la même occasion le matériel, les ingrédients. Après avoir constaté les dégâts, nous devons désormais en déterminer l’ampleur et notamment vérifier si certaines machines peuvent encore être utilisées", explique Valérie Stefenatto, directrice de la communication.

Samedi matin, les expertises de stabilité du bâtiment se poursuivaient. "Nous sommes toujours dans la phase exploratoire des lieux et il faudra attendre plusieurs jours avant d’avoir une vision claire et déterminer s’il est possible de commencer le travail de déblayage. Actuellement, il n’y a même pas encore d’électricité et cela complique donc le travail."

L’entreprise peut compter sur la solidarité des gens. "Une chaîne humaine s’est formée pour venir nous aider sur le site de la chocolaterie. En attendant le feu vert pour les accueillir sur place, un soutien a été lancé pour donner un coup de main à la trentaine de collègues vivant à proximité de l’usine, le long de la Vesdre, et sinistrés", conclut Valérie Stefenatto.

© AFP