Le président du CD&V, Joachim Coens, s'est dit jeudi favorable à l'adoption par le gouvernement fédéral d'une série de mesures (baisse de la TVA sur le gaz, cliquet inversé, baisse des accises sur les carburants) pour faire face à la hausse des coûts de l'énergie, accentuée par l'invasion de l'Ukraine par l'armée russe. La baisse de la TVA sur le gaz, "on doit le faire", a-t-il affirmé au micro de la radio privée Bel-RTL dont il était l'invité matinal. "On a fait cela sur l'électricité, on doit le faire sur le gaz", a-t-il ajouté, soulignant que le vice-Premier ministre CD&V, Vincent Van Peteghem, également ministre des Finances, défendait cette idée "qui est sur la table" du gouvernement.

"En plus il faut faire quelque chose pour les accises" sur le carburant à la pompe, a poursuivi M. Coens.

Il a ainsi plaidé en faveur de la mise en oeuvre du "cliquet inversé - c'est-à-dire la baisse des accises prélevée lorsque le prix dépasse un certain seuil - et d'une baisse structurelle des accises. "Les deux doivent s'additionner", a-t-il dit, sans s'avancer sur le montant de la baisse des accises à envisager.

"Il faut qu'on négocie, que l'on parle avec les partenaires" au sein de la coalition Vivaldi, a encore indiqué le président du CD&V. Il a toutefois estimé que la baisse des accises devrait se traduire par une économie de "vingt, trente euros" sur le coût d'un plein pour les automobilistes.

M. Coens s'est enfin dit favorable à un blocage des prix au niveau européen. C'est "souhaitable", a-t-il souligné en précisant qu'il fallait "en parler avec les partenaires européens".