Dans une première phase, les tests à résultats rapides ne seront pas disponibles. Grâce à ce centre de dépistage, les passagers auront la possibilité d'être testés immédiatement à l'aéroport. Pourront également s'y présenter, ceux qui ne voyagent pas mais doivent tout de même être testés dans le cadre du traçage des contacts. L'aéroport a annoncé à la mi-août la mise en place d'un centre de tests pour permettre aux voyageurs d'être frottés.

Dans une première phase, les tests ne seront disponibles que pour les voyageurs revenant d'une zone rouge. Ceux-ci peuvent se soumettre à un test standard après leur arrivée, afin de connaître le résultat quelques heures plus tard.

Dans une seconde phase, lorsque le laboratoire mobile qui réalisera sur place des diagnostics rapides sera également opérationnel (fin septembre), les passagers en partance pourront également se faire tester à l'aéroport. De plus, ceux qui ne voyagent pas mais qui doivent être testés dans le cadre du traçage de leurs contacts, et qui sont donc munis d'un code, pourront également se présenter au centre de dépistage virologique.

Il s'agit de tests PCR lors desquels un échantillon est prélevé dans le nez. Les résultats seront disponibles dans les 24 heures. Une fois que le laboratoire mobile de Brussels Airport sera prêt, les résultats seront disponibles dans un délai de 3 heures pour le test rapide et dans les 9 heures en moyenne pour le test standard.

Toute personne qui revient d'une zone rouge ou doit être testée dans le cadre du traçage des contacts, et a donc reçu un code à cet effet, peut se faire tester au tarif de l'Inami de 46,81 euros. Pour les passagers en partance qui souhaitent se faire tester mais n'ont ni code ni ordonnance, le test PCR coûtera 67 euros tandis qu'il faudra débourser 135 euros pour un test de dépistage rapide.