Le Comité de concertation (prévu le 26 mars) sera avancé à ce vendredi 15 heures en visioconférence, nous indique-t-on du côté du 16, au vu de la situation sanitaire. Ces dernières heures ont été marquées par une forte inquiétude des autorités quant aux données épidémiologiques. Les chiffres de ce lundi ont atteint 5.034 contaminations. La moyenne des 7 jours précédents était de 3.052 cas.

Il avait été demandé aux ministres de l’Enseignement d’évaluer les mesures actuellement en vigueur dans les écoles. Certains, au sein du gouvernement, ont mis sur la table la possible fermeture des écoles dès ce lundi.

En effet, les lieux de travail (40% des clusters) et écoles (29%) sont les lieux de contamination les plus importants.

La pression a toutefois baissé de plusieurs crans après la rencontre entre le chef de cabinet d'Alexander De Croo, le commissaire Corona et les ministres de l'Enseignement. En effet, les derniers chiffres reçus par Perdo Facon sont de nature à rassurer le gouvernement. Le nombre d'hospitalisations est stable sur les trois derniers jours. Les chiffres de contaminations seront connus dans la soirée et donneront le ton du Codeco de ce vendredi.

Durant la réunion avec les ministres de l'enseignement, la fermeture des écoles n'a pas été mise sur la table. En revanche, il a été proposé de rendre le port du masque obligatoire en 5e et 6e primaires mais aussi de reporter la reprise du présentiel complet en 3ème et 4ème secondaires au 19 avril, au lieu du 29 mars.

La Flandre avait d’ores et déjà annoncé sa décision d'aller dans cette direction.

Report de la reprise du présentiel aussi dans l'enseignement francophone

Côté francophone, on se dirige également vers un report de la reprise en présentiel à 100% pour les 3ème et 4ème secondaires à après les vacances de Pâques.

Une manière de permettre le retour au présentiel complet pour tous le 19 avril. Cela sera confirmé après une discussion avec les acteurs de l'enseignement. "La fermeture des écoles n'est pas sur la table", nous indique le porte-parole de Caroline Désir.

Caroline Désir n'est pour l'instant par favorable à l'obligation du port du masque dès 10 ans, mais le sujet sera au menu du Codeco de vendredi.

Plus tôt dans la matinée, une source gouvernementale nous confirmait pourtant que la possibilité d’anticiper de deux semaines les vacances de Pâques en fermant les écoles dès ce lundi était bien sur la table. L'objectif était de serrer la vis provisoirement pour sauver les assouplissements à plus long terme, tels que la reprise en présentiel le 19 avril dans toutes les écoles ou la reprise de l'Horeca le 1er mai. Cette volonté émanait notamment du ministre de la Santé, Frank Vandenbroucke, nous dit-on.

Plusieurs membres du gouvernement sont cependant opposés à la fermeture des écoles d'autant qu'ils ont toujours assuré leur volonté farouche de les garder ouvertes.

"Bonjour l'incohérence ! On ne peut pas sacrifier les écoles et la jeunesse à cause des ratés de la vaccination"

"Bonjour l'incohérence ! On ne peut pas sacrifier les écoles et la jeunesse à cause des ratés de la vaccination", nous indiquait un ministre dans la matinée. "Il ne faut pas durcir pour le moment. Objectivons les chiffres et attendons encore un peu. Les gens n'adhèrent déjà plus..."

En milieu d'après-midi, la tension est retombée, avec l'arrivée de chiffes plus rassurants mais aussi avec la prise de position de certains experts.

Les coiffeurs et les galeries commerçantes fermés, pour garder les écoles ouvertes ?

Selon nos informations, certains experts du RAG et du GEMS, ont recommandé ce jeudi matin, avant le début de la réunion entre le Premier et les ministres de l'Enseignement, de passer à la phase B du lockdown pour éviter de devoir fermer les écoles. Cette proposition pourrait avoir eu pour effet de refroidir les partisans de la fermeture des écoles...

Cette phase B, intitulée "maximal efforts to keep schools open" impliquerait la fermeture des métiers de contact (coiffeurs, tatoueurs, salons de beauté...), des centres commerciaux (s'ils ne peuvent être contrôlés) mais aussi l'instauration d'un couvre-feu qui débuterait plus tôt (20h à 5h du matin). Les centres de loisirs, les piscines et les activités extra-scolaires seraient également suspendues, exceptée la garderie après l'école. Dans ce cas de figure, un week-end scout ne serait par exemple pas possible, ni des stages de plus de 10 enfants de moins de 12 ans. Le passage à cette phase permettrait, selon les experts qui le préconisent, aux écoles de rester ouvertes. Le port du masque obligatoire dès 10 ans figure également dans ce plan B (mesure que la Flandre a déjà prise).

"Ce plan B a toutefois le désavantage de ne pas être très strict. Personne parmi les experts n'a envie de fermer les écoles. Mais c'est dans les écoles qu'on trouve actuellement les clusters...", nous indique une source bien informée.

Le plan C, qui suivrait en cas de flambée encore plus importante, comprendrait quant à lui la fermeture des écoles et des commerces non-essentiels.

Les experts interrogés par la DH ne soutiennent pas une fermeture généralisée.

“Aucune des discussions que nous avons pu avoir entre experts ne préconise de fermer les écoles. Et cette recommandation ne figure dans aucun rapport récent”, nous assure Yves Van Laethem, porte-parole interfédéral Covid-19. “En revanche, il y a des doutes des experts sur les activités parascolaires vu le contexte. Il y a aussi un point d’interrogation sur la question de savoir si c’est le bon moment d’étendre le présentiel dans le secondaire. Mais je n’ai pas eu vent d’une fermeture des écoles. Certains évoquent la possibilité de finir l’école quelques jours plus tôt mais certainement pas déjà ce lundi.”

Marc Van Ranst: " Aucun expert n'a proposé de fermer les écoles dès ce lundi".

Une position que partage Marc Van Ranst, pourtant proche de Frank Vandenbroucke. Selon le virologue, "aucun expert n'a proposé de fermer les écoles dès ce lundi". "D’un point de vue virologique, je ne connais aucun expert qui a proposé ça. Je ne sais pas d’où ça vient car nous avons eu une réunion ce mercredi et cela n’a pas été débattu", nous précise-t-il.

“L’idée est de ne pas fermer les écoles, et certainement pas dès ce lundi”, confirme Céline Nieuwenhuys, secrétaire générale de la Fédération des Services Sociaux et membre du groupe d’experts du GEMS. “Mais on peut imaginer de les fermer un peu avant les vacances, par exemple pour sauver le présentiel des ados ou assurer la suite de l’année scolaire dans de bonnes conditions. Il y a un accord de l’ensemble des experts sur le fait que tant que c’est possible, on garde les écoles ouvertes. Alors, oui, les écoles sont le sujet du moment au vu de la recrudescence des clusters, avec des classes qui ferment.”

Le bras-de-fer n'est toutefois pas encore terminé. Il pourrait reprendre dès ce jeudi, lors du Kern qui doit se dérouler à 19h.