Le collectif "Viruswaanzin", en français littéralement "la folie du virus", s'est frontalement attaqué aux virologues dans une vidéo postée le 25 décembre dernier. L'ASBL, déja connue pour avoir organisé plusieurs manifestations contre les dispositions sanitaires imposées par le gouvernement, critique cette fois sévérement les virologues pour leur mauvaise gestion de la crise.

La séquence, intitulée "L'horrible année des virologues", accuse notamment ces derniers d'avoir causé la mort de milliers de personnes. Pendant les 15 minutes et 57 secondes que dure la vidéo, l'avocat du collectif, Michael Verstraeten, s'en prend particulièrement à Marc Van Ranst. "Craignez-vous que des membres doivent être amputés en raison d’un manque de soins temporaires ? Vous inquiétez-vous des 900 000 années de vie qui seront perdues en Grande-Bretagne à cause des mesures ? Malgré votre méconnaissance, vous avez néanmoins pris des mesures aveugles", déclare-t-il.

Un des membres de l'ASBL en vient même à parler de "peine de mort", ce à quoi l'avocat répond sur Twitter. "En effet. Le juge devrait être autorisé à envisager la peine de mort si des personnes sont responsables de 130 millions de morts".

© Viruswaanzin

Une déclaration qui a suscité l'indignation de Marc Van Ranst. La cible des critiques a dénoncé ces propos sur Twitter: "Dans un clip vidéo, l’avocat Michael Verstraeten de l’organisation à but non lucratif Viruswaanzin dit à ses partisans que je suis responsable de tous les décès Covid. Il parle également de la peine de mort et d’une exécution 'publique et horrible'. Ses partisans se radicalisent désormais clairement".