A l'issue de cette réunion, entamée depuis 13h, le Premier ministre Alexander De Croo s'exprimera lors d'une conférence de presse, qui pourrait ne pas avoir lieu avant le début de soirée. Des mesures plus strictes devraient être annoncées, alors que la Belgique fait face à une forte reprise de l'épidémie de coronavirus. Un reconfinement serait sérieusement envisagé et ferait l'unanimité, selon nos collègues de la VRT.


Quelles mesures vont être annoncées?


La question des déplacements des Belges a été évoquée. La piste d'un périmètre maximal autorisé pour ces déplacements est évoquée dans le rapport transmis par la Celeval, mais selon nos informations, cette mesure semble avoir du plomb dans l'aile et n'a pas été retenue. D'après nos infos, les mesures relatives au couvre-feu (22h-6h à Bruxelles et en Wallonie, 0h - 5h en Flandre) ne devraient pas être modifiées.

Les déplacements resteront autorisés en dehors de ces heures, contrairement au précédent confinement.


Alors que les établissements de l'Horeca sont déjà fermés, les commerces "non essentiels" vont eux aussi fermer, selon nos informations. Différence avec le premier confinement : les magasins pourraient continuer à fonctionner avec des formules de type Take-Away et Click and Collect. La fermeture sera d'application dès ce lundi 2 novembre.


Les commerces de contact de nature non médicale fermeraient eux aussi: salons de coiffures, de massage, de beauté etc. Les garages et magasins de vélos doivent également fermer, et ne resteront accessibles que pour les réparations.
Les écoles seront fermées deux jours de plus que ce qui était sur la table jusqu'alors et les cours ne reprendront pour le primaire et le secondaire que le lundi 16 novembre.

En pratique, les cours sont suspendus jusqu’au 16 novembre pour tous. A partir du 16, les maternelles, primaires et première et deuxième secondaire, reprennent en présentiel. Dès la troisième secondaire, on reprend le 16 novembre en hybride: mi-présentiel, mi à distance.

S’agissant du supérieur, l’enseignement se poursuit à distance jusqu'à la mi-décembre.


La bulle de 1 serait maintenue, mais on ne pourrait plus accueillir d’autres personnes à domicile, alors qu’auparavant il était permis de recevoir 4 personnes avec un masque et une distance sociale. Oubliez donc les invités à la maison.
Le télétravail deviendra obligatoire partout où c'est possible, des contrôles stricts seront mis en place.


Seuls 15 personnes seraient autorisées à assister aux cérémonies d'enterrement, au lieu de 40 jusqu'ici.


Les parcs animaliers, sauvés par le dernier rendez-vous Covid de nos autorités, doivent cette fois fermer leurs portes, comme les parcs d'attractions.


Les hôtels devraient rester ouverts, mais leurs bars et restaurants fermeraient. Pour les centres de vacances (type Center Parcs), les piscines, restaurants et bars doivent fermer. Les activités à l'extérieur restent accessibles.
Toutes ces mesures devraient entrer en vigueur à compter du lundi 2 novembre, et seront en vigueur au moins jusqu'au dimanche 13 décembre. Pour la fermeture des commerces non-essentiels, très douloureuse pour l'activité économique une évaluation aura lieu le 1er décembre.


Lors du dernier comité de concertation, qui s'est tenu le 16 octobre dernier, de fortes mesures ont déjà été prises, mais qui n'ont pas suffi à ralentir la propagation du virus jusqu'à présent. Nombreux sont les experts et les membres du personnel de santé qui exhortent le gouvernement a réinstaurer un confinement strict.

Les déplacements à l'étranger ne seront pas strictement interdits, mais fortement déconseillés.

Il ne devrait pas y avoir de cacophonie dans l'annonce des mesures cette fois. La Wallonie n'ira pas plus loin que le fédéral dans les mesures, comme l'a annoncé le ministre-président wallon sur la RTBF. "C'est un lockdown sans isoler les citoyens qui vivent seuls", a précisé Elio Di Rupo.


"Il est inévitable, selon moi, que l'on durcisse les mesures", a indiqué le ministre de la Santé, Frank Vandenbroucke, jeudi soir sur le plateau de "Jeudi en prime" (RTBF). Le commissaire corona s'est également montré favorable à ce qu'on resserre la vis à son arrivée au comité de concertation. "Il est nécessaire de prendre des mesures fortes et ce, dès aujourd'hui", a-t-il lancé avant d'entrer dans le Palais d'Egmont.


M. Facon a mis en avant la "pression trop grande" qui s'exerce selon lui sur le système de santé en raison du rebond de la pandémie de Covid-19.


Georges Gilkinet s'est également exprimé avant de se rendre à la réunion : "Mon avis c'est qu'il faut agir pour éviter des problèmes encore plus graves dans les hôpitaux", a-t-il commenté.