Au MR, on veut laver son linge sale en famille. En tout cas, on s'y efforce.

Après le nouveau psychodrame autour du come-back en politique de Jean-Luc Crucke, la tension n'avait fait que monter entre l'ancien ministre wallon et le président du parti, Georges-Louis Bouchez.

Ayant renoncé au poste doré qui lui avait été proposé à la cour constitutionnelle, Jean-Luc Crucke avait mentionné son souhait de poursuivre sa carrière politique. Il veut créer au sein du MR un courant plus social et écolo. 

Toutefois, cette volonté a été accompagnée de déclarations assez dures à l'égard de Georges-Louis Bouchez. On le sait, Jean-Luc Crucke n'aime pas du tout le style de communication de son président. Dans les médias flamands, il l'a même comparé à Trump la semaine dernière. Une énième pique... 

Pour Georges-Louis Bouchez, Jean-Luc Crucke est allé trop loin. Et le leader libéral a annoncé ce week-end qu'il n'accepterait plus ce genre d'expression publique de sa part.

Une audition très matinale  

Joignant le geste à la parole, le patron du MR a convoqué Jean-Luc Crucke au siège du MR, ce lundi. 

Il a été entendu en petit comité, très tôt, juste avant le bureau de parti programmé à 8h30 ce matin. "Cela a été très franc", explique un libéral qui aime les euphémismes. "Cela a parfois été très tendu". 

Chacun a pu vider son sac... Quel est le résultat précis de ces échanges ? La suite dans les prochaines minutes... A ce stade, il n'est pas question de sanctionner Jean-Luc Crucke pour ses propos.