Le Premier ministre Alexander De Croo avait publiquement soutenu la création d'un coronapass pour les grands événements de l'été. Le comité de concertation a finalement décidé de la création d'un Covid safety ticket.

Le nom change mais le principe reste le même. Il s'agira de permettre d'accéder aux grands événements de l'été, tels que Tomorowland ou le Grand-Prix F1 de Spa-Francorchamps.

Ce Covid safety ticket entrera en vigueur dès le 13 août et jusqu’au 30 septembre. Il sera requis pour assister aux événements de plus de 5.000 personnes en intérieur et de plus de 10.000 personnes en extérieur. Ce pass comprendra la possibilité d'accéder à ces événements si la personne est vaccinée, immunisée ou si elle peut fournir un test PCR négatif. Etre vacciné ne sera donc pas requis pour entrer dans ces événements.

Sur le JT d’RTL-TVI, Frank Vandenbroucke s’est exprimé sur la forme que prendra ce Covid safety ticket parlant d'un “instrument digital sur le smartphone qui va permettre d’attester si on est vacciné, ou via un test négatif, ou de prouver qu’on a des anticorps”. Pour lui “certificat vert européen et “Covid sagety ticket”, “c’est un autre mot pour exactement le même principe.”

Selon nos informations, le MR a insisté pour que ce ticket soit "périssable", donc qu'il ne puisse plus être utilisé après le 30 septembre, mais aussi pour que le nom coronapass soit changé. En effet, Georges-Louis Bouchez, président du MR, s'est positionné à plusieurs reprises contre un coronapass dont le principe, au-delà du nom et de son aspect périssable, est exactement celui qui a été retenu par le comité de concertation de ce mardi.

"Certains partis étaient contre l’appellation coronapass”, nous précise le cabinet Vandenbrouke. “Ils ont finalement accepté le concept à condition que ce terme ne soit pas utilisé. D’où la nouvelle appellation: covid safety ticket.”