Le bourgmestre de Maaseik Johan Tollenaere (Open Vld) aurait remarqué une forte odeur de cadavre en décomposition durant une randonnée en VTT et transmis les coordonnées aux autorités.

Le parquet fédéral a confirmé en fin d'après-midi que le corps retrouvé dans le Dilserbos était bien celui de Jürgen Conings, disparu depuis le 17 mai 2021. L'autopsie qui sera pratiquée dimanche soir et lundi matin sur le corps de Jürgen Conings révélera probablement qu'il s'agit d'un suicide par arme à feu, selon le parquet fédéral.

© IPM

La phase fédérale du plan national terrorisme a été clôturée ce dimanche par la ministre de l'Intérieur.

Marc Van Ranst et sa famille ont pu rentrer chez eux, annonce l'agence Belga ce dimanche soir.

Le SEDEE a quitté les lieux, un corbillard a emporté le corps

Le Service d'enlèvement et de destruction d'engins explosifs (SEDEE), le service de déminage de l'armée, et une équipe d'intervention de la Croix-Rouge flamande ont à présent quitté le bois de Dilsen où le corps sans vie de Jürgen Conings a été retrouvé dimanche. La police continue de tenir à distance une trentaine de curieux.

Par ailleurs, une vingtaine de journalistes belges mais aussi allemands et néerlandais étaient encore postés dimanche soir au croisement de la Pannenhuisstraat et de la Driepaalhoeveweg.

Un corbillard transportant le corps de Jürgen Conings a quitté le bois de Dilsen aux alentours de 22h, a indiqué la police. Le corbillard a été escorté par un véhicule policier dans le bois de Dilsen, mais a ensuite quitté l'endroit sans escorte.

© BELGA

Des sympathisants se réunissent lors d'une veillée à Dilsen-Stokkem

Une centaine des sympathisants de Jürgen Conings se sont rassemblés lors d'une veillée dimanche soir. Les participants se sont rendus vers le domicile de l'ancien militaire, dont le corps sans vie a été retrouvé dimanche, pour y déposer des bougies et des fleurs. Organisée vers 20h00, la veillée était voulue "en mémoire de Jürgen, contre le système corrompu en Belgique et contre les failles de la Défense".

La veillée était silencieuse à l'exception d'applaudissements devant le domicile de Jürgen Connings. La compagne de ce dernier a aussi reçu des marques de soutien des sympathisants.

La famille de l'ex-militaire était aussi présente lors de la veillée.

La découverte du corps met fin à une chasse à l'homme de plusieurs semaines dans le parc national de Haute Campine.

Des problèmes structurels au sein de la Défense

La découverte du corps sans vie de Jürgen Conings met fin à cinq semaines d'insécurité et de menace, a réagi la ministre de la Défense, Ludivine Dedonder (PS), dimanche en début de soirée, après avoir pris connaissance du dénouement de cette affaire.

"Mes pensées s'adressent en premier lieu à la principale victime de cette affaire ; la famille de Jürgen Conings, qui perd un père et un compagnon", a-t-elle poursuivi, soulignant l'engagement déployé par les différents services et départements qui ont collaboré sur ce dossier ces dernières semaines.

Une première enquête interne, menée par l'Inspecteur général, a révélé un certain nombre de problèmes structurels au sein de la Défense. "L'Etat-major et moi-même continuerons de travailler pour résoudre les problèmes identifiés. Nous prendrons toutes les mesures nécessaires pour éviter que de tels événements ne se reproduisent à l'avenir. En outre, nous élaborons un cadre clair pour lutter contre l'idéologie extrémiste au sein de la Défense", a précisé la ministre.

Un rapport du Comité R, qui mène également une enquête sur l'affaire, est attendu fin juin.

"Ce n'est malheureusement pas l'issue que la Défense espérait. Mes pensées vont d'abord à sa compagne, sa famille et à ses proches qui ont perdu un être qui leur est cher. C'est néanmoins avec un certain soulagement que j'ai accueilli la nouvelle d'un dénouement sans autre victime (que Jürgen Conings lui-même)", a réagi pour sa part le chef de la Défense, l'Amiral Michel Hofman.

L'enquête menée par le parquet fédéral déterminera les causes de la mort du Caporal-chef Conings.

Un chasseur aurait aussi aperçu le corps

Un chasseur aurait remarqué une odeur vers 9h30 ce matin, alors qu'il se promenait en VTT électrique dans le Dilserbos. Peu avant midi, l'homme serait retourné dans la zone pour voir s'il s'agissait d'un sanglier ou d'un chevreuil. Celui-ci serait tombé sur le cadavre de Jürgen Conings, dans un arbre. Le chasseur a déclaré à un journaliste de l'agence Belga que la personne avec la barbe portait des vêtements noirs.

Selon le chasseur, il portait également un pistolet anti-émeute, une petite arme à feu, une hache, un couteau de poche et des munitions. Le corps était très difficile à voir, entre les hautes fougères. Le chasseur a ensuite prévenu la police, qui lui a demandé de faire une déclaration. Il avait déjà rencontré deux agents de police ce matin lorsqu'il a fouillé la zone pour déterminer l'emplacement exact de l'odeur.

© BELGA

Les réactions se multiplient

"C'est bien qu'il y ait maintenant des certitudes dans toute cette histoire et que tous les efforts déployés pour le retrouver puissent être stoppés", a réagi le bourgmestre de Maasmechelen, Raf Terwingen (CD&V). "Nous devrons analyser comment et où exactement le corps a été retrouvé", a-t-il rappelé, laissant entendre que l'enquête allait suivre son cours.

Le député N-VA Theo Francken invite quant à lui les politiciens à "tirer des leçons de cette histoire".

Une discussion aurait eu lieu entre le maire de Maaseik, qui a trouvé le corps du militaire, et quelques proches de Jürgen Conings. Selon eux, il est impossible que l'homme se soit suicidé.

Le virologue flamand avait quant à lui rapidement réagi à la nouvelle, en présentant ses condoléances à la famille et aux proches du militaire.

La police éloigne les curieux

Des équipes de la police fédérale se trouvent sur place pour tenir les curieux à distance. Le Service d'enlèvement et de destruction d'engins explosifs (SEDEE) vient également d'arriver sur les lieux de la macabre découverte.

Vu la météo favorable, les routes environnantes ainsi que les sentiers pédestres et cyclables étaient très fréquentés dimanche mais des curieux sont venus s'ajouter aux simples badauds.

La fin d'un mois de chasse à l'homme

Un important déploiement des forces militaires et de la police était à l’œuvre depuis plusieurs semaines afin de retrouver Jürgen Conings, un militaire de 46 ans répertorié comme "extrémiste potentiellement violent" par l’Organe de coordination pour l’analyse de la menace (Ocam). Le fugitif armé avait menacé de s’en prendre aux structures de l’État, à une mosquée et à plusieurs personnalités, dont le virologue Marc Van Ranst.

Selon Het Laatste Nieuws, la famille du militaire a appris la nouvelle dans les médias. Elle n'avait pas encore été informée officiellement par les autorités.