Jean-Luc Vandenbossche, cardiologue et chef de service au CHU Saint-Pierre à Bruxelles, lance un message auprès de ceux qui font normalement peu ou pas de sport (et même aux autres) et qui se mettent à faire des efforts intenses chez eux durant cette période de confinement.

En ces temps de confinement, les défis sportifs les plus fous à relever chez soi pleuvent sur les réseaux sociaux. Entre ceux qui pédalent comme des demeurés dans leur appartement, ceux qui réalisent des parcours de crossfit interminables ou encore ce jeune français qui a réalisé un marathon sur son balcon, avec six heures d'effort cumulées, les images d'entraînement très intense deviennent virales.

Face à ces images de sportifs professionnels ou amateurs s'entraînant intensément à domicile et sans surveillance, Jean-Luc Vandenbossche, cardiologue et chef de service en cardiologie du CHU Saint-Pierre à Bruxelles, lance un cri d'alerte à propos des risques cardiaques encourus en cette période d'épidémie virale.

Quelle est votre réaction face à ces défis sportifs relayés sur la toile ?

"C'est quelque chose d'assez préoccupant. Ce qu'il faut dire, c'est que les gens qui ne font jamais de sport ou ceux qui en font peu ne doivent certainement pas se mettre à faire du sport de manière intensive, que ce soit à la maison ou à l'extérieur. Et pour les gens qui font du sport de manière régulière, on leur recommande de faire seulement des exercices modérés et pas intensifs. En effet, quand on effectue des efforts importants, on diminue les défenses immunitaires et on est donc plus susceptibles d'être contaminés. De manière générale, en cette période de confinement, les activités sportives très intenses sont déconseillées et à éviter".

Quels peuvent-être les risques d'un point de vue santé ?

"Tout d'abord, il faut savoir qu'en temps normal, les infections virales ne sont pas compatibles avec les efforts intensifs. Quand on a de la fièvre ou des courbatures, on doit absolument arrêter le sport et ne pas en faire pendant les huit jours qui suivent. Si on abuse, le risque le plus grave c'est la mort subite ; le virus se propage alors au muscle cardiaque, ce qui provoque une arythmie qui peut être très dangereuse".

Il faudrait donc, par précaution, arrêter de faire du sport en ce moment ?

"Non, pas du tout ! Il faut éviter les gros efforts mais un peu d'exercice, comme un footing d'une demi-heure, une marche ou de la gym sont vivement recommandés. De manière générale, il ne faut pas ne plus bouger. Les gens peuvent bien sûr sortir courir ou marcher mais de façon isolée et sans s'éloigner de trop de son domicile. La sédentarité est toujours défavorable".

Y a-t-il une durée à ne pas dépasser pour le footing par exemple (ou autre) ?

"C'est compliqué à déterminer. Le risque se porte surtout sur la durée de l'effort et l'intensité. Je dirais qu'il faut rester en dessous de 80 % de sa fréquence cardiaque maximale. Et bien sûr de ne pas faire des séances trop longues, ne pas dépasser une heure semble correct. Il ne faut pas se vider de ses énergies et tout donner comme si on participait à une compétition".

Prend-on des risques quand on va faire notre footing en cette période de confinement ?

"Il y a des risques et donc des règles à respecter. Quand on fait un effort intensif, notre respiration est plus importante et on projette donc plus de gouttelettes dans l'air, qui vont plus loin également. On a alors un effet de contamination plus important. C'est pour cette raison que l'on recommande de faire du sport de manière isolée ou avec maximum une personne mais il faut alors respecter une distance de plus d'1m50. Avec le risque de projeter des particules infectées par le virus, il faut respecter une distance de minimum 4 mètres entre les coureurs.

Qui sont les plus vulnérables ?

"Concernant les efforts intensifs, le message s'adresse aussi bien aux professionnels qu'aux sportifs du dimanche. Les gens qui font peu de sport et qui s'y mettent avec beaucoup d'intensité peuvent présenter des risques de problèmes cardiaques insoupçonnés. Et pour tout le monde, l'effort intense diminue les défenses immunitaires même si ça ne dure que quelques heures. Et comme le virus est partout, ces gens pourraient être plus à risques".

D'ailleurs, le Covid-19 peut-il s'attaquer au coeur ?

"On sait que le virus touche principalement les poumons mais dans certains cas, et c'est rare, il s'attaque aussi au coeur. E vu que la période d'incubation est longue, c'est-à-dire une quinzaine de jours et très souvent sans symptômes, on ne sait pas qu'on est porteur mais le risque est bien présent. La vigilance doit donc être de mise, et ce même pour le footing ou les activités sportives de manière générale."