"Ecrivez sur moi, si vous y tenez. Mais, lui, laissez-le tranquille". "Lui", c'est Laurent Tapie. Et celui qui a prononce volontiers cette phrase n'est autre que son père, Bernard Tapie. Le site internet français Mediapart a choisi de ne pas respecter la demande de l'homme d'affaires... Et pour cause: Mediapart a révélé ce week-end que Laurent Tapie avait récemment préféré les cieux (fiscaux) belges.

Selon Mediapart, Laurent Tapie (ici en photo avec, sa mère Dominique à gauche et sa femme à droite) réside désormais à Uccle où "il a signé un bail à la mi-août pour devenir le locataire d'une charmante villa [...] dans laquelle il a emménagé début septembre avec son épouse et ses enfants". Si Laurent Tapie a choisi de s'installer chez nous, explique Mediapart, c'est surtout pour protéger le clan Tapie "des retombées de l'enquête judiciaire [lancée contre Bernard Tapie pour "escroquerie en bande organisée", NDLR] ou des curiosités de l'administration fiscale" française.

"Les Combines à Nanard"

Car le fils de "Nanar" gère une partie des affaires familiales, via la société BLT Développement (pour "Bernard Laurent Tapie"). Cette société, dont les statuts ont été déposés en 2011, est contrôlée à 99% par Bernard Tapie qui en est le président, tandis que Laurent Tapie a occupé le poste de directeur général jusqu'en juin dernier, date à laquelle il cède son "rôle" à une société écran baptisée LTC. Fait surprenant (ou amusant), "BLT Développement" n'est que la dénomination sociale de la société.

Quant au nom commercial, selon un document que Mediapart a pu se procurer, il s'agit de... "Les Combines à Nanard". Une marque déposée à l'Institut national de la propriété industrielle depuis juin 2009 et utilisée dans le cadre d'activités de commerce en ligne depuis quelques années.

Bernard Tapie, qui n'en est pas à une déclaration près, s'indignait pourtant du choix de Bernard Arnault lorsque celui-ci avait émis le souhait d'obtenir la nationalité belge. "Il ne devrait pas faire cela", avait alors déclaré Bernard Tapie au "Parisien". "La France lui doit beaucoup et il doit beaucoup à la France". Pourtant, on sait depuis 2011, grâce à des enquêtes de Charlie Hebdo et Rue89, que Tapie a transféré une partie de ses activités à Bruxelles. La base-arrière familiale ne fait donc que se renforcer...