Vincent Van Peteghem pense en effet que Marc Van Ranst, membre du GEMS (Groupe d’Experts de stratégie de crise pour le Covid-19), est allé un peu trop vite en besogne en affirmant que la campagne de vaccination en Belgique ne porterait ses fruits que dans deux mois. "Les chiffres des contaminations sont à nouveau en augmentation, nous devons donc maintenir nos mesures pendant suffisamment longtemps. Je veux absolument éviter un effet yo-yo (...) Mais si nous pouvons assouplir les règles demain, nous le ferons. Mais les chiffres doivent le permettre. Cependant, il est impossible de se projeter deux mois en avant", a-t-il déclaré dans une interview à De Zondag.

Pour lui, il y a des problèmes de communication dans la gestion de la crise du coronavirus dans notre pays. Il rappelle que c'est le GEMS au complet qui est l'organe consultatif officiel du gouvernement en cette période de pandémie, et "pas seulement la voix de Marc Van Ranst". Le Vice-premier ministre est aussi revenu sur la confusion autour du prolongement des mesures sanitaires jusqu'au 1er mars. Il y a eu une "fausse note", selon lui: "Nous aurions dû communiquer cela vendredi dernier après le Comité de concertation".