Le ministre de la Santé, Frank Vandenbroucke (Vooruit), veut un personnel soignant mieux payé et plus de bras dans nos hôpitaux. Dans cette optique, il annonce ainsi, dans les colonnes de Sudinfo, libérer 43 millions pour les infirmiers spécialisés. En concertation avec les partenaires sociaux, un nouveau modèle de fonctions (IFIC) pour le personnel de soins a été élaboré sous le gouvernement précédent. "L'objectif de cette classification de fonctions était de rémunérer les soignants sur la base des tâches et non plus du diplôme. Depuis le début de la législature, nous avons consacré un demi-milliard à ce nouveau modèle au travers des accords sociaux", rappelle Frank Vandenbroucke. "Une somme significative qui améliore la plupart des salaires, certainement celui des débutants, l'un des objectifs de la réforme."

Mais les infirmiers spécialisés n'y trouvaient pas leur compte. "Il y avait pour eux une anomalie : le système IFIC ne valorise pas ou pas assez leur spécialisation, alors que la question des spécialisations se pose notamment dans les services d'urgence et de soins intensifs et que ces services jouent justement un rôle clé dans la pandémie", explique le ministre. "Je propose de remédier au problème en introduisant un montant forfaitaire qui revalorise les spécialisations agréées. La proposition, c'est 2.500 € brut de plus par an pour les infirmiers spécialisés ayant un titre professionnel particulier et 833 € brut en plus chaque année pour les infirmiers spécialisés ayant une qualification professionnelle particulière."

Ce montant forfaitaire sera accordé dès janvier 2022. L'octroi se fera avec effet rétroactif, car la mise en œuvre technique nécessitera plusieurs mois.