Vendredi, le comité de concertation a défini un socle fédéral limitant le masque obligatoire à quelques situations comme les transports publics, les établissements de soin et les professions de contact. Libre ensuite aux entités fédérées de se montrer plus contraignantes. Ce sera le cas à Bruxelles où le statu quo restera de mise. La Wallonie, elle, n'a pas encore tranché.

"Nous n'avons pas encore pris attitude sur le covid safe ticket - un avis a été demandé par la Région au Risk Assessment Group (RAG) - , ni sur le masque. Nous en discuterons jeudi au gouvernement ou la semaine suivante", a indiqué Elio Di Rupo aux députés Stéphane Hazée (Ecolo) et François Desquesnes (cdH) qui l'interrogeaient sur le sujet.

"Il y a plusieurs points de vue. A titre personnel, je trouve que la situation reste très dangereuse. Mais je constate aussi que mon avis n'est pas partagé", a admis le ministre-président en évoquant à nouveau la nécessité, selon lui, d'atteindre un taux de vaccination de 95%.