Depuis le début de la crise, les différentes mesures visant à endiguer la propagation du virus se suivent et ne se ressemblent pas toujours, entraînant parfois de la confusion au sein de la population. De plus, l’efficacité des mesures ne fait pas toujours l’unanimité. Certains sondés les estiment carrément inefficaces.

Ainsi, 37 pour cent des sondés estiment que le port du masque n’est pas réellement utile pour lutter contre le coronavirus et près de la moitié des Belges estime que le gouvernement n’aurait pas dû interdire la consommation d’alcool sur la voie publique ou du moins que cette règle n’a pas d’efficacité réelle contre le virus.

© D.R.

Le respect de la bulle sociale ne fait pas non plus l’unanimité. Ils ne sont que 46 % à estimer qu’il s’agit d’une mesure utile et efficace. Le couvre-feu ne convainc pas beaucoup plus puisqu’ils sont seulement 43 % à le juger utile.

Mais les mesures qui recueillent le moins d’adhésions parmi les Belges sont la fermeture des salons de coiffure et d’esthétique, la fermeture des commerces non essentiels et la fermeture des restaurants et des bars. Seuls 22 pour cent des sondés estiment qu’une fermeture des salons de coiffure est efficace pour lutter contre le virus.

"Pour respecter les mesures, il faut avoir des objectifs, des perspectives. Il est aussi important de donner un sens à ces mesures, qui dépasse le cadre scientifique. La population a besoin de sentir qu’elle fait partie d’une équipe, unie dans la lutte contre le virus", analyse Olivier Klein, professeur de psychologie sociale et membre du groupe d’experts psychologie et Covid-19.