Il faut toutefois prendre garde à ne pas engendrer d'effet pervers, a affirmé mercredi matin le ministre bruxellois de la Santé Alain Maron (Ecolo). "On ira plus loin que les mesures annoncées hier. Il y aura plus que vraisemblablement quelque chose sur les cafés, mais on fait attention aux effets pervers sur les endroits clos où les gens se rassemblent", a expliqué le ministre, interrogé par Bel RTL, à une heure du début de la réunion. "Cela pourrait engendrer davantage de fêtes dans les maisons, a précisé M. Maron. On n'y gagnerait rien, donc il faut bien mesurer ça. Mais il y a également les impacts économiques et psycho-sociaux. Il faut trouver l'équilibre. Je ne sais pas encore ce qu'on décidera, une fermeture ou des heures plus strictes. On verra."

Selon Alain Maron, il n'y aura pas de changement dans les transports en commun (ndlr: où le port du masque est obligatoire depuis le printemps), ni dans les maisons de repos de la capitale où l'on n'observe pas d'aggravation de la situation.

Selon le porte-parole fédéral interfédéral de la lutte contre le coronavirus, Yves Van Laethem, Bruxelles occupe à présent la deuxième place à l'échelle des villes d'Europe où le Covid-19 se propage le plus vite, derrière Madrid et avant Paris.