La députée MR Rachel Sobry souhaite faire interdire l’usage du point médian, l’une des techniques permettant une écriture inclusive, dans les écoles de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

“Pour bien clarifier les choses, l’écriture inclusive c’est un ensemble de techniques comme les formules épicènes ou la féminisation des noms de métier, qui ne me posent aucun souci car elles ne modifient pas les règles grammaticales ou orthographiques contrairement aux points médians Je les trouve même positives et nécessaires”, estime-t-elle. La députée reproche en effet au point médian de compliquer l’apprentissage de la langue française. “Le point médian pose des difficultés pour les personnes malvoyantes, les étrangers, les élèves dyslexiques et pour toute personne qui souhaite apprendre la langue française qui est déjà riche et complexe et permet déjà de rendre les femmes plus visibles sans qu’on doive pour autant modifier les règles de la langue”, précise-t-elle.

“Tout complexification orthographique aurait forcément des effets d’exclusion sociale. Même si l’objectif est noble, dans pratique, elle va exclure beaucoup de monde. Pour moi, le combat pour l’égalité homme/femme doit passer par des mesures concrètes et ciblées qui touchent le quotidien des femmes notamment en matière de cyber harcèlement, d’entreprenariat féminin et d’accès au sport. En instrumentalisant la langue française avec l'écriture inclusive, on se trompe de combat”, poursuit la députée qui compté déposer prochainement une proposition de résolution au parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles.