Belgique La loi réclame d’obtenir un certain nombre de signatures et de les faire authentifier.

Rien n’interdit à tout Belge majeur disposant de ses droits civiques d’être candidat sur une liste électorale, d’ici au 29 mars.

Entre la théorie et la pratique, une série d’épreuves attend cependant les nouvelles listes, ou les partis disposant de peu d’élus. "C’est un parcours du combattant ! Nous sommes confrontés à de telles difficultés qu’il n’est pas du tout certain que nous parvenions à présenter toutes nos listes", souffle Constance Adonis, une Bruxelloise de 36 ans qui a fondé DierAnimal, un parti animaliste qui souhaite présenter des listes dans l’ensemble du pays et à chaque niveau de pouvoir. (...)