Une liste de noms que valide Roland Duchâtelet, lequel y serait ministre des Pensions. L’exécutif serait dirigé par Peter Praet, ex-économiste en chef à la Banque centrale européenne. "Si vous faites un ranking du monde financier en Europe, tout le monde le connaît. Il est très intelligent et compétent. C’est un gestionnaire, mais sans l’ambition du pouvoir qu’ont les politiques", estime Roland Duchâtelet. L’Intérieur irait à Catherine De Bolle, ex-boss de la police fédérale, et les Finances à Geert Noels, économiste très médiatique en Flandre. Virginie Dufrasne (administratrice déléguée de l’entreprise de construction Lixon) hériterait de l’Énergie. 

Le ministère des Télécommunications et de l’Agenda digital serait pour Dominique Leroy, ex-CEO de Belgacom. "Une femme extraordinaire et excessivement douée", selon Roland Duchâtelet. L’Emploi et l’Économie seraient pour Estelle Cantillon, docteure en économie de l’Université de Harvard.

Les Affaires étrangères seraient pour Max Jadot, CEO de BNP Paribas-Fortis. On retrouve encore Karel Van Eetvelt, nouveau CEO du Sporting d’Anderlecht comme ministre des Indépendants ou Johan Kips, directeur général de l’hôpital Erasme, à l’Asile et à la Migration.