Spoiler alert : Theo Francken n'a pas encore tweeté.

Le père fouettard, fidèle allié du grand saint, doit-il être représenté sous les traits d'un homme de couleur noire, avec des lèvres pulpeuses ? Selon d'aucuns, la représentation traditionnelle du serviteur de saint Nicolas, qui lui fraye le passage dans nos conduits de cheminée, serait raciste.

Le débat, enflammé, surgit avec la précision d'une horloge suisse, chaque année avant la Saint-Nicolas. En Belgique, mais davantage encore aux Pays-Bas où, en 2017, des activistes avaient carrément bloqué une autoroute pour perturber la tournée de Sinterklaas...

En Belgique, le Centre pour l’égalité des chances Unia a déclaré il y a quelques années qu’il n’était pas question d’une forme de racisme punissable concernant "Zwarte Piet". Cependant, l'organisation a appelé la figure à être représentée autrement que "comme un homme noir bête, inférieur ou dangereux – caractéristiques par lesquelles les stéréotypes volontaires ou pas sur les personnes noires se perpétuent".

Côté jouets, le fabricant américain Fisher Price avait embrayé en 2014, stoppant la fourniture de poupées père fouettard parce que la société "ne souhaite pas soutenir les stéréotypes négatifs". Le constructeur allemand Playmobil n'en avait pas décidément autrement... jusqu'à cette fin 2018.

Des lots de Playmobil incluant saint Nicolas ainsi qu'un père fouettard noir, avec lèvres rouges, sont bel et bien produits et à nouveau et achalandés jusqu'à nos rayons. "Nous les fabriquons à nouveau à la demande de quelques détaillants", confirme l'entreprise. La société a choisi l'image traditionnelle de Zwarte Piet, conformément "à la demande des enfants, qui lui ont donné un certain nombre de caractéristiques", a déclaré Leen Van Reeth, directeur du marketing chez Playmobil.

Le produit est, notamment, disponible dans les ensignes Colruyt et Dreamland (su même groupe). "C'est un produit très populaire et la demande est forte", a déclaré la porte-parole de ces enseignes, Hanne Poppe. "Nous espérons qu'il n'y aura pas de controverse, car pour nous, la Saint-Nicolas est avant tout une fête d'enfants..."

© Belga