Nouveau trouble pour les exploitants de salles de cinéma : ils ont appris lundi qu’ils ne peuvent plus vendre ni snacks, ni boissons, jusqu'à nouvel ordre. En cause : l’Arrêté royal daté du 18 octobre 2020, portant sur la fermeture des bars et restaurants et du couvre-feu. On y lit que la vente de nourriture est aussi restreinte dans les endroits culturels et les représentations à l'intérieur.

Si les cinémas ne sont pas nommés explicitement, ils sont concernés, selon la ministre de la Culture, Bénédicte Linard qui l’a communiqué à certains exploitants. Selon nos informations, la communication via les différents niveaux de pouvoir a été confuse, voire contradictoire, prenant les exploitants au dépourvu, lundi. Le Centre de crise aurait évoqué une marge de manœuvre d’une semaine laissée aux exploitants de cinémas pour s’adapter aux nouvelles règles.

Pour la Fédération des Cinémas de Belgique (FCB), c’est un nouveau coup dur. "L’interdiction de vente de nourriture risque sérieusement de mettre en péril tout le secteur et d’entraîner des faillites" a indiqué à nos confrères de la RTBF Thierry Laermans, secrétaire général de l’association qui regroupe les exploitants de salles de Belgique. Le secteur estime déjà à 75% la diminution de son chiffre d’affaires depuis la réouverture des salles belges le 1er juillet 2020.