La décision émane du tribunal disciplinaire néerlandophone de Gand lundi après-midi, qui n'est pas compétent pour se prononcer sur les éventuelles infractions pénales, mais estime que M. Sabbe a "violé la dignité de sa fonction".

Le procureur a été suspendu à la fin du mois de juin après l'ouverture d'une enquête faisant suite aux accusations d'une femme, qui avait travaillé comme chauffeur pour le magistrat. La dame lui reprochait un comportement inapproprié.

L'intéressé a quant à lui soutenu que rien ne s'était passé contre la volonté de sa chauffeur, faisant notamment référence aux conversations de "chat" entre eux.

Le ministère public de Gand mène une enquête pour harcèlement sexuel au travail, mais il n'a pas encore été décidé si M. Sabbe devait comparaître devant le tribunal à ce sujet. Le tribunal disciplinaire n'a néanmoins pas attendu cette décision et a imposé la suspension lundi.

"Le tribunal disciplinaire n'est pas habilité à statuer sur d'éventuelles infractions pénales. Le verdict appartient à une autre autorité", a déclaré le président lors de la lecture du verdict. "Le fait que la personne concernée ait envoyé pendant des mois des messages marqués sexuellement et au moins une photo très personnelle à la plaignante n'a pas été contesté par la défense", a-t-il souligné.