Les six femmes et leurs dix enfants ont été rapatriés du camp de Roj, au nord de la Syrie, à la mi-juillet. A leur arrivée, les six mères ont été incarcérées. Cinq des six femmes avaiet déjà été condamnées par défaut et la sixième faisait l'objet d'un mandat d'arrêt international. Elle devrait comparaître avant la fin de l'année.

Theo Francken, opposant au rapatriement, a voulu savoir auprès de la ministre quel était le coût de l'opération. Selon la ministre Dedonder, il s'élève à 1,7 million d'euros. Cela comprend, entre autres, la rémunération du personnel, la nourriture et l'hébergement, la location de véhicules et les frais de communication. Les vols charters ont été organisés et payés par le ministère des Affaires étrangères et ne relèvent donc pas des 1,7 million d'euros.