L'agence fédérale de contrôle nucléaire (AFNC) a annoncé que Doel 2 avait été mis manuellement à l'arrêt dans la nuit du 14 au 15 juillet 2021. En cause : une possible fuite au niveau du réacteur nucléaire.

"Les employés d’ENGIE Electrabel ont remarqué une augmentation rapide de la consommation d’hydrogène dans l’alternateur, indiquant une fuite. Il a donc été décidé d’arrêter le réacteur de manière préventive, ce qui a permis de réduire immédiatement les risques éventuels de manière drastique. La situation est sous contrôle, mais l’AFCN suit cet incident en collaboration avec ENGIE Electrabel", détaille l'agence. "La cause de la fuite fait actuellement l’objet d’une enquête. Le réacteur ne peut pas être redémarré tant que la fuite n’est pas été arrêtée."

L'AFNC se veut rassurante et précise qu'une fuite d'hydrogène n'est pas propre aux centrales nucléaires et peut survenir dans des centrales électriques d'autres types. "Toutefois, le secteur nucléaire applique des normes très strictes, de manière à ce que des mesures soient prises très rapidement en cas de risque éventuel. L’alternateur est situé dans la partie non nucléaire de la centrale nucléaire et est refroidi à l’hydrogène."