Le roi Philippe a solennellement remis un masque rare kakuungu de l'ethnie Suku au Musée National de Kinshasa, mercredi matin. L'objet d'une taille de 130 cm a été prêté, pour une longue durée, par le Musée de l'Afrique de Tervuren. Ce masque géant, acheté il y a 70 ans par un chercheur du Musée de Tervuren, était utilisé pendant des rites d'initiation par les Suku pour protéger les jeunes contre toute menace.

© BELGA

"La Belgique a adopté une approche globale quant à la restitution à grande échelle de biens acquis sous la période de la colonisation, une démarche unique au monde", s'est félicité le Premier ministre Alexander De Croo.

Pour le secrétaire d'État à la Politique scientifique Thomas Dermine, la remise du masque kakuungu témoigne de la volonté de la Belgique de contribuer à la reconstitution et à la valorisation du patrimoine culturel congolais.

Plus largement, ce retour s'inscrit dans le contexte du travail de mémoire et de réconciliation entamé en Belgique depuis plusieurs années. Par ailleurs, la Belgique a récemment ouvert la voie à des restitutions du patrimoine africain issus du passé colonial - qui se trouve actuellement dans ses collections. Cette possibilité, lorsqu'elle sera ouverte en droit belge, devra être mise en œuvre au travers d'un traité entre la Belgique et la République démocratique du Congo encore à conclure, rappelle le cabinet de M. Dermine.

Lors de la cérémonie de remise du masque, le roi Philippe a insisté sur le fait que ce geste constituait le "début d'une collaboration culturelle renforcée" entre les deux pays.

Reste à voir comment la RDC pourra accueillir tous les biens restitués. Le Musée National, inauguré en 2019 après avoir été bâti avec le soutien de la coopération sud-coréenne, n'offre pas la place suffisante pour accueillir l'ensemble de la collection envisagée.

Le Roi rend hommage aux anciens combattants congolais

Le roi Philippe a également déposé mercredi matin une gerbe de fleurs au pied du Mémorial aux anciens combattants de Kinshasa et décoré le caporal Albert Kunyuku, qui vient de fêter ses 100 ans et avait été enrôlé dans la Force publique en 1940. La Force publique a été impliquée dans les deux Guerres mondiales sur le continent africain, au Moyen-Orient et jusqu'en Asie. Elle a même obtenu des victoires retentissantes qui ont contribué à la victoire des Alliés, a rappelé le ministre congolais de la Défense lors de son introduction.

© BELGA

Un seul ancien combattant de la Force publique qui a participé à la Seconde Guerre mondiale est encore en vie. Il s'agit du caporal Kunyuku qui a atteint l'âge de 100 ans le 21 mai 2022. Enrôlé en 1940, il a fait partie du contingent militaire d'appui médical de la Force publique envoyé en Birmanie en 1945. Il est le président de l'association des anciens combattants du Congo et a été élevé au rang de chevalier de l'Ordre Kabila-Lumumba le 30 juin 2020 par le président Tshisekedi.

© BELGA

Avant l'arrivée du Roi, le caporal a reçu les hommages du Premier ministre Alexander De Croo, qui s'est dit "très honoré de (le) rencontrer".

Le souverain a d'abord déposé une gerbe de fleurs rendant hommage à l'ensemble des anciens combattants et porteurs de la Force publique qui ont participé à la victoire des Alliés, se recueillant longuement face au monument, les yeux fermés. Le roi Philippe a ensuite officiellement décoré le caporal Kunyuku de l'Ordre de la Couronne et lui a longuement serré la main, avant de prendre la direction du Musée national.