Par voie de communiqué, son cabinet explique que le cadre législatif des politiques culturelles "doit évoluer pour mieux correspondre aux réalités culturelles sur le terrain". Avec pour mission de soutenir les disciplines émergentes comme l’humour sous toutes ses formes (du stand-up aux spectacles de comédie en passant par des matchs d’impro, plateaux d’artistes ou scènes ouvertes) et de décloisonner la culture. C’est dans ce cadre qu’un groupe de travail avec des acteurs-clés du milieu a été mis en place. Il sera composé d’humoristes (comme Vincent Taloche, Sandra Zidani ou encore Manon Lepomme), de gestionnaires de salles (comme Le Kings of Comedy Club et Le Théâtre de la Toison d’or) ou encore de personnes actives dans la production et la diffusion de spectacles d’humour. Ce groupe de travail s’est réuni une première fois et le fera une fois par mois.

Vincent Taloche, premier président de l'humour "reconnu comme un art"

Dans la même lignée, Vincent Taloche a créé sa propre Fédération de l'humour pour qu'il soit enfin reconnu comme un art à part entière. L'humoriste a donc ainsi pu rédiger le premier édito de sa Fédération belge des professionnels de l’humour (FBPH) lancée durant le confinement. "Pour la première fois de ma vie, je suis devenu président", écrit le cadet des frères Taloche. "C’est un titre que me fait rire et qui en même temps me donne de l’énergie. (…) Nous voici réunis autour d’un projet commun : rendre possible le fait que notre métier soit ‘’enfin’’ reconnu comme un art. Je me réjouis de donner naissance à des tonnes de projets communs, de vous revoir, d’échanger, d’apprendre encore et toujours, et surtout de continuer à rêver plus que jamais. Faire rire, qui exprime nos émotions les plus heureuses, est un des rares trésors dignes de l’humanité. Il est à préserver de tous les obscurantismes. Faire rire est un don de la vie !" Et voici le lien pour ceux du secteur qui désirent faire partie de cette asbl qui a déposé ses premières demandes de subventions.