"De l'avis général, la réunion fut constructive. Les représentants du secteur ont notamment mis l’accent sur leurs spécificités ainsi que sur la grande variété des activités qu’ils proposent. Les travaux vont se poursuivre avec pour objectif de préparer une reprise des activités jeunesse (camps, stages, etc.) à carnaval.", explique le porte-parole de la ministre de la Jeunesse en Fédération Wallonie-Bruxelles Valérie Glatigny (MR) à l'issue de la réunion.

"Les activités jeunesse en intérieur sont quasiment à l’arrêt suite aux décisions du dernier Codeco. Or, si les jeunes sont actuellement relativement épargnés au niveau de leur santé physique, le contexte sanitaire a un impact sur leur bien être psychologique et leur santé mentale. Il faut faire confiance au secteur jeunesse. Il a déjà pu démontrer, à de nombreuses reprises, qu’il était responsable et tout à fait à même de faire respecter les règles sanitaires. Cette réunion représente une première étape qui permettra au secteur de sensibiliser le ministre Vandenbroucke et le Commissariat corona sur leurs attentes et spécificités en vue de la mise en place du futur baromètre Corona.", appuie la ministre Valérie Glatigny,

Fortement pénalisé par les mesures covid, le secteur espère une éclaircie rapide. "On a travaillé avec les acteurs néerlandophones et francophones du secteur de la Jeunesse et nos constats sont identiques : les règles du Codeco ne collent pas avec la réalité du terrain. On est 300 associations reconnues en Fédération wallonie-Bruxelles et on a l'habitude d'appliquer des protocoles de sécurité. Les autorités peuvent nous faire confiance", abonde Ana Etxaburu, responsable de plusieurs centres d"hébergement pour jeunes. "Nous déplorons aussi le manque de cohérence dans les protocoles. Les hotels peuvent continuer leurs activités mais pas les auberges de jeunesse. On espère pouvoir avancer le plus vite possible afin de reprendre nos activités pendant les vacances de Carnaval", souligne-t-elle.