Selon l'Open VLD, le Sénat, tel qu'il existe aujourd'hui, doit être supprimé. De son côté, Bert Anciaux regrette que ce débat "se déroule toujours de manière aussi populiste": "Comme si 'l'abolition du Sénat' entraînerait de grosses économies ou serait une amélioration pour la démocratie", déplore-t-il.

Selon lui, il serait plus intéressant de réduire le personnel politique. Cela représenterait une économie d'"un peu moins de 10 millions d'euros": "La plupart des partis ne déploient pas ce personnel pour les sénateurs, mais pour eux-mêmes. Cela ne nécessite même pas un amendement constitutionnel", pointe-t-il.

Bert Anciaux estime par ailleurs que le système de sénateurs cooptés, c'est-à-dire les sénateurs élus par leurs pairs pour siéger au Sénat, peut lui être aboli: "Ils peuvent être supprimés immédiatement. Ils ne sont pas une valeur ajoutée pour la démocratie", conclut le sénateur... lui-même coopté.