Le site internet du Sénat a été indisponible durant quelques heures lundi matin.

L'attaque a été revendiquée par Anonymous sur Twitter, rapportait en matinée le Soir sur son site. Le quotidien ajoute que la page web du Sénat a déjà été la cible d'attaques mercredi et samedi dernier. "Nous allons voir s'il s'agit d'un problème technique ou d'un hacking", a précisé Christine Defraigne au Soir.

Si le piratage est confirmé, la présidente du Sénat promet d'agir : "Le hacking est punissable. C'est une infraction pénale. Le parquet fédéral et la Sûreté de l'Etat seront informés. C'est tout de même le site internet d'une institution parlementaire et fédérale. Il faut être vigilant".