Dans une lettre envoyée au gouvernement, le groupe Engie déclare qu'il n'y a pas de plan B pour prolonger deux réacteurs nucléaires d'ici à 2025. Il n'en a pas fallu plus pour que les Ecolo crient victoire. Victoire parce que ce document vient conforter la position qu'ils tenaient depuis des mois, mais victoire également parce que cela leur permet de damer le pion à leur partenaire de majorité, le MR.

"Cette lettre d’Engie confirme ce que tout le monde ou presque savait déjà : il n’y pas de Plan B(ouchez) possible en matière énergétique, il n’y a pas de possibilité de prolonger, même temporairement, deux réacteurs nucléaires", s'enthousiasme Georges Gilkinet, ministre de la Mobilité, dans un communiqué de presse. L'élu Ecolo faisait directement référence à la proposition de Georges-Louis Bouchez répété dans de nombreux médias ces dernières semaines. Le président du MR martelait qu'il fallait prolonger le nucléaire pour alléger la facture des ménages.

Ecolo et le PS restaient campés sur leurs positions: il faut fermer les centrales. Sur le plateau de Jeudi en Prime (RTBF), le co-président des Verts en appelait à la réalisation de l’accord de gouvernement. "Cet accord dit que s’il y a une réponse positive à la demande sur le prix et à la demande sur la sécurité d’approvisionnement, la loi sur la sortie du nucléaire reste telle qu’elle."

Le tacle de Gilkinet n'a pas échappé à Bouchez qui lui a répondu sur Twitter: "Ecolo fait le choix du gaz et des émissions de CO2 ainsi que de l’insécurité d’approvisionnement. Tout ça pour défendre les intérêts d’une multinationale française. Prolonger le nucléaire est possible, cela demande juste de modifier la cadre législatif. Ce que nous ferons !"


Pour le ministre, il n'y a qu'une voie à suivre et c'est celle Tinne Van der Straeten (Groen). "Il est temps de se concentrer sur le Plan A, préparé par l’actuelle Ministre de l’Énergie. Il n’y a pas de solution facile, mais il y a aujourd’hui enfin un plan crédible pour un avenir énergétique renouvelable de notre pays. Mettons-le en œuvre sans tarder !"

Et d'ajouter: "Aucun 'Plan B' n’a été préparé par les Gouvernements précédents. Au-delà du fait que ce n'est pas souhaitable, il est aujourd’hui trop tard pour retourner vers cette énergie du passé qu’est le nucléaire. Aujourd’hui, il n’y a qu’un seul chemin possible, celui de l’Accord de Gouvernement, la concrétisation de la décision prise en 2003 sous le Gouvernement Arc-en-ciel : la sortie du nucléaire. Grâce aux réponses apportées par la Ministre de l’Énergie, Tinne Van der Straeten, et même si le chemin sera encore long, la Belgique peut aujourd'hui évoluer vers une énergie 100% renouvelable sans toucher au prix de l’électricité, avec une sécurité d’approvisionnement garantie, moins dépendante des fluctuations des marchés internationaux et en tenant compte notamment de l’évolution de notre société plus électrique."