Le taux de positivité au coronavirus parmi les voyageurs flamands rentrés de "zones rouges" à l'étranger varie fortement de pays à pays, avec moins de deux pour cents pour des destinations comme l'Allemagne et la Grèce, mais nettement plus élevé pour la Lituanie et la Bosnie-Herzégovine, a indiqué le ministre flamand du Bien-Etre, Wouter Beke, en réponse à une question parlementaire. Le taux de moins de 2% a été constaté chez des voyageurs revenant d'Allemagne, de Grèce, d'Italie et des Pays-Bas. Il grimpe toutefois à 11,5% pour ceux rentrant de Roumanie et à 26% pour les voyageurs en provenance de Lituanie, a précisé M. Beke (CD&V), en réponse à une question écrite de la députée flamande Freya Saeys (Open Vld).

Le taux de positivité le plus élevé (56%) a été constaté parmi des voyageurs revenant de Bosnie-Herzégovine. Ce qui est potentiellement dû à la présence d'un cluster de contaminations parmi un groupe de touristes, a souligné le ministre.

Depuis le 31 décembre - soit avant que les voyages non-essentiels à l'étranger soient interdits -, les voyageurs revenant d'une zone rouge à l'étranger doivent remplir le formulaire de localisation des passagers ("Passenger Location Form", PLF), se placer en quarantaine et se faire tester au coronavirus aux premier et septième jours suivant leur retou