"Quand on a la chance d’occuper une fonction comme la mienne, c’est pour défendre des idées. Si on occupe une fonction comme la mienne juste pour gérer le quotidien, très franchement, il vaut mieux que je devienne fonctionnaire." Invité ce jeudi sur le plateau de la RTBF, Georges Louis Bouchez a eu des mots qui n'ont pas plu à Stéphane Deldicque.

Dans un communiqué, le vice-président de la CSC Services publics a tenu à répondre au libéral. "Quand un Président de parti méprise les fonctionnaires !" , tel était le titre de sa réponse cinglante.

"Dans le cadre de l’émission 'Jeudi en Prime' d’hier soir, le Président du parti du MR Georges-Louis Bouchez a de nouveau, maladroitement et avec mépris, tenu des propos irresponsables, réducteurs, en jetant l’opprobre sur nos fonctionnaires !" , a expliqué Stéphane Deldicque. Avant de poursuivre: "Je l’invite plutôt, intelligemment si possible, à soutenir ces travailleuses/travailleurs des administrations locales, régionales, provinciales et fédérales. Sachez Monsieur que grâce à elles/eux, sur le pont au quotidien, malgré la crise sanitaire, les citoyennes/citoyens continuent à bénéficier d’un service public/collectif de qualité."

Révolté par les propos de Georges-Louis Bouchez, le vice-président attend une réponse du président du parti libéral. "Des excuses : c’est le seuil minimal acceptable que nous attendons", a estimé le syndicaliste. 

A cause de certains tweets à propos du dernier Comité de concertation, Georges-Louis Bouchez a exaspéré Alexander De Croo mais également des personnalités fortes de son parti comme Sophie Wilmès.