Paul Vanden Boeynants, ancien premier ministre, est décédé ce mardi à l'hôpital Onze-Lieve-Vrouw d'Alost

BRUXELLES A 81 ans, le vieux crocodile a donc définitivement quitté le paysage politique belge. Il est décédé ce mardi matin après avoir été opéré le 6 décembre par le chirurgien Hugo Vannermen, qui avait fait partie de l'équipe médicale qui avait opéré le Roi Albert. L'intervention consistait en une opération à coeur ouvert pour implanter une valve et effectuer un pontage coronarien.

Bio express de l'homme à la pipe

Paul Vanden Boeynants est sans nul doute l'un des hommes qui a le plus marqué la vie politique belge de ces trente dernières années: il a notamment été Premier ministre à deux reprises et surtout il fut enlevé durant un mois en 1989 par la fameuse bande à Haemers.
Controversé, il le fut même à l'intérieur de son propre parti, notamment en raison de ses démêlés fiscaux.

• Né à Forest le 22 mai 1919, Paul Vanden Boeynants s'est lancé dans le secteur industriel de la viande au lendemain de la seconde guerre mondiale. Président de la corporation des bouchers de Bruxelles en 1945 et président de la fédération nationale des bouchers-charcutiers en 1952, M. Vanden Boeynants est élu député social-chrétien dans l'arrondissement de Bruxelles à l'âge de 30 ans.

• Surnommé VDB par les chroniqueurs politiques, il entame une longue carrière ministérielle aux Classes moyennes en 1958 dans le gouvernement de M. Gaston Eyskens et conserve ce poste dans les deux gouvernements catholiques-libéraux qui se succèdent.

• En mai 1961, VDB devient le président du PSC encore parti national. Le 19 mars 1966, il est nommé Premier ministre d'une coalition PSC-PLP mais se voit forcé de présenter sa démission deux ans plus tard en raison du conflit linguistique qui éclate à l'Université de Leuven qui sera par la suite scindée en KUL et UCL.

• VDB revient par la suite au gouvernement comme ministre de la Défense nationale en 1972, en 1973, en 1974 et en 1977. A cette époque, M. Léo Tindemans est Premier ministre.

• Après la démission de M. Tindemans en octobre 1978, M. Vanden Boeynants forme le 20 de ce même mois un gouvernement de transition auquel succèdera par la suite le premier d'une série de gouvernements Martens.

• En 1979, VDB démissionne de ses fonctions de Vice-premier ministre et de ministre de la Défense nationale. La même année, il est réélu à la présidence du PSC par 66% des voix contre 34% à M. Gérard Deprez qui lui succèdera à cette fonction après sa démission en 1981.

• Député de l'arrondissement de Bruxelles depuis 1952, VDB ne se représente pas aux élections législatives d'octobre 1985. Aux élections communales de 1982, M. Vanden Boeynants aurait dû devenir bourgmestre de Bruxelles mais comme il faisait l'objet d'une instruction judiciaire pour fraude fiscale, un accord secret entre les partis de la coalition fit trois du socialiste, M. Hervé Brouhon le bourgmestre durant trois ans, en attendant que la Justice se prononce.

• Condamné le 25 juin 1986 à trois ans de prison avec sursis et 620.000 francs d'amende pour fraude fiscale, faux et usage de faux, il ne succéda pas au maïeur socialiste et en appel, le 21 janvier 1987, la peine de trois ans de prison avec sursis fut confirmée mais l'amende fut ramenée à 500.000 F.

• Il posa toutefois à nouveau sa candidature au mayorat de Bruxelles-ville après les élections communales du 9 octobre 1988 mais dû se désister après les remous provoqués par cette candidature et la condamnation.

• Quelques mois plus tard, le 14 janvier 1989, il fut enlevé par la bande de Patrick Haemers. Je ne sais pas d'où je viens, mais je reviens de loin avait-il déclaré au cours d'une conférence de presse dans le style qui est le sien à l'issue d'une détention durant un mois dans une villa du Touquet (France). Il fut en effet libéré le 13 février à Tournai après le versement d'une forte rançon (plus de 60 millions ??).

• Lors des élections communales d'octobre 1994, il est réélu une dernière fois comme conseiller communal à la Ville de Bruxelles, mais il démisionnera de son poste en janvier 1995. Un mois plus tard, Paul Vanden Boeynants se trouve une nouvelle occupation, celle de rédacteur en chef du journal satirique Pan.