Belgique

Les 2.000 canaris et perruches que Pairi Daiza avait accueillis en urgence mi-février, alors qu'ils étaient bloqués à l'aéroport de Liège pour des raisons sanitaires, resteront finalement au sein du parc animalier, a annoncé ce dernier vendredi.

"Le sort des 2.000 canaris qui ont été sauvés de la mort par @pairidaiza, @AFSCA_Conso et @ducarmedenis a été décidé: ils resteront chez nous, où ils pourront continuer de bénéficier des meilleurs soins. Désormais, nous les appellerons 'Les Canaris de la Saint-Valentin'", a annoncé Pairi Daiza dans un tweet.


A l'origine, ces volatiles avaient été acheminés par une entreprise belge vers Israël début février, mais sur place, les autorités douanières israéliennes avaient constaté des anomalies dans l'enregistrement de certains oiseaux. Israël leur avait dès lors refusé l'accès au territoire et avait réexpédié les oiseaux vers la Belgique où ils avaient atterri à Liege Airport dans la soirée du 14 février.

Lorsque des animaux arrivent d'un pays étranger, ils doivent être mis en quarantaine en raison des risques de maladies. Mais les six centres d'hébergement destinés à accueillir les oiseaux dans ces conditions étaient pleins lors de l'arrivée des 2.000 canaris concernés.

Alors que les oiseaux risquaient l'euthanasie, le ministre fédéral de l'Agriculture, Denis Ducarme, s'était ému de la situation et Pairi Daiza s'était proposé pour accueillir les oiseaux au sein du parc de Brugelette (province de Hainaut). Après le feu vert de l'Afsca, les oiseaux avaient été acheminés vers Pairi Daiza, où ils peuvent donc rester de manière définitive.